Notre point de vue sur SCIDEV.NET

Dans le cadre de la diffusion du touttout premier atlas sur les migrations rurales en Afrique subsaharienne  par le journal SCIDEV.NET, nous avons été interviewé en tant que spécialiste de la question migratoire. Retrouvez l’article sur http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/migrations/actualites/afrique-atlas-migrations.html

Parution d’un ouvrage collectif

Les géographes de l’Université de Maroua sous la direction de Félix WATANG ZIEBA, KOSSOUMNA LIBA’A Natali et GONNE Bernard (EDs) viennent de commettre un ouvrage intitulé « PRESSION SUR LES TERRITOIRES ET LES RESSOURCES NATURELLES AU NORD CAMEROUN » publié aux Editions CLE Cameroun. L’ouvrage est disponible dans les boutiques CLE au prix de 23800 FCFA.

vient-de-paraitre

JOURNEE SCIENTIFIQUE : Analyse interdisciplinaire de la résilience des agrosystèmes du bassin du Lac Tchad

En collaboration avec la JEUNE EQUIPE AIRD TABITAL de l’Université de Maroua, nous organisons une journée scientifique le 30 septembre 2016 sur le campus de l’Université de Maroua (Extrême-Nord Cameroun)

Contexte: La complexité des problèmes  répertoriés dans le bassin du Lac Tchad rend nécessaire la contribution de différentes disciplines, pour analyser et comprendre l’interaction de tous les facteurs impactant la dynamique des agrosystèmes. Ces facteurs incluent les politiques publiques, les dynamiques sociales, l’évolution des systèmes de culture et la dynamique de l’agro biodiversité. Léquipe propose une démarche interdisciplinaire qui permettra une analyse globale et intégrée de la résilience des agrosystèmes étudiés.

L’approche méthodologique se base sur la co-construction entre disciplines scientifiques de projets de recherche autour de la question fédératrice suivante: « Comment définir, diagnostiquer, mesurer et prédire la résilience des agrosystèmes dans le bassin du Lac Tchad? ». La démarche inclue en amont le choix d’un terrain d’étude commun (dans la partie septentrionale du Cameroun) et la mise en cohérence de méthodes de recherche sur ce terrain. En aval, elle met l’accent sur l’intégration des résultats issus des différentes disciplines, en prenant en compte le court terme et le long terme.

Parvenu à mi-chemin du projet, l’objectif de cette journée d’animation est d’évaluer l’avancée des travaux de l’équipe et réajuster si nécessaire sa structuration. Il s’agira spécifiquement de présenter l’état d’avancement des travaux, mettant en valeur les résultats déjà obtenus et leur intérêt (sur le plan scientifique et en termes de retombées pratiques)

Spécifiquement il s’agit d’entretenir l’audience sur:

la perception paysanne des changements sociaux et environnementaux actuels, et analyser les stratégies de réponse des communautés paysannes aux défis liés à ces changements ;

l’impact des interactions entre politiques publiques et modes de gestion des ressources sur la durabilité des agrosystèmes ;

la dynamique de la diversité génétique et l’adaptation des plantes cultivées (notamment du sorgho) en réponse aux changements climatiques, et en lien avec la structuration des réseaux sociaux paysans ;

les technologies traditionnelles de transformation de céréales locales (en particulier le sorgho), et évaluer leur potentiel de valorisation pour la sécurité et la sureté alimentaire des populations rurales et urbaines.

Dans ce contexte le thématiques à aborder dans ce livre seront autour de l’impact des interactions entre politiques publiques, dynamiques sociales et agrobiodiversité»

PROGRAMME PRÉVISIONNEL DE LA JOURNÉE

Horaire Activité Modérateur
8h30-8h45 Accueil, Mots de bienvenue

Présentation des objectifs de l’animation et organisation de la journée

DJOULDE
8h45- 9h15 Rappel du programme global de l’équipe et des résultats attendus WATANG/ Mr ABOUBAKAR
SESSION IINFLUENCE DES SAVOIRS LOCAUX ET METHODES ENDOGENES SUR LE RESILIENCE DES AGROSYSTEMES AUTOUR DU BASSIN DU LAC TCHAD
9h15 – 10h30 Trois exposés autour de la thématique : Perception paysanne des changements sociaux et environnementaux actuels, et stratégies de réponse des communautés paysannes aux défis liés à ces changements  (Yacouba, Djoulde, Mouazamou, Babette ?, Arabo ? Gally) WATANG
10h30 – 11h00                    PAUSE-CAFÉ
SESSION II : ANALYSE DIAGNOSTIQUE ET PREDICTION DE L’EVOLUTION DES AGROSYSTEMES AUTOUR DU BASSIN DU LAC TCHAD 
11h-00 11h30 Deux exposés autour du thème : impact des interactions entre politiques publiques et modes de gestion des ressources sur la durabilité des agrosystèmes (Aboubakar, Watang) DJOULDE
11h30-12h30 Discussions ABOUBAKAR
12h30-14h00PAUSE-DÉJEUNER
SESSION III : DEVELOPPEMENT D’INDICATEURS, MESURE DE LA RESILIENCE ET INFERENCE DE SCENARIOS DE RESILIENCE POUR LA DURABILITE DES AGROSYSTEMES DU BASSIN DU LAC TCHAD.
14h00 –15h00 Deux exposés sur le  développement des scénarios en prenant en compte l’organisation sociale et les réseaux d’échanges paysans, comme un support à la diffusion de l’innovation paysanne (DjouldeWatang, Yacouba) ABDUL NASSER
15h00-15h15PAUSE-CAFÉ
15h15-16h45 Discussions activités de cette année WATANG/ABOUBAKAR
16h45-17h00 Clôture et mot de fin DJOULDE

PARTICIPATION DE PlaGéo AU JCEA 2016 A PARIS DU 14 AU 16 JANVIER 2016

PlaGéo a participé au congrès des jeunes chercheurs en études africaines qui s’est tenu à Paris du 14 au  16 janvier 2016. Félix WATANG ZIEBA et Boniface GANOTA ont présenté leurs travaux durant ce congrès.

Félix WATANG ZIEBA a fait une première communication sur les migrants-circulants tchadiens au Nord Cameroun (Panel 1. Mobilités et migrations)COMMUNICATION_IMMIGRATION-TCHADIENNE-AU-NORD-CAMEROUN et une deuxième en collaboration avec Chloé VIOLON, ethnologue (Université Paris Ouest Nanterre, LESC (UMR 7186) portant sur l’évolution des pratiques foncières chez les Tupiri au Nord Cameroun : entre conflits et fonciers intrafamiliaux et expansion territoriale (Panel 8 : Gestion foncière : mode d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains 1).

Boniface GANOTA quant à lui a présenté ses travaux portant sur l’évolution des forêts sacrées sous l’effet des pressions humaines et de la variabilité climatique au sud-est de la région de l’Extrême-Nord Cameroun (Panel 9 : Sociétés et environnement).

Appel à contribution: « Insécurité et recomposition des territoires au Nord-Cameroun »

Université de Maroua

Ecole normale supérieure

Département de Géographie

Projet de recherche du département pour le compte de l’année académique 2014-2015

 Thème : « Insécurité et recomposition des territoires au Nord-Cameroun »

Depuis quelques années, les régions septentrionales, surtout celles de l’Extrême-Nord et du Nord, connaissent des bouleversements socio-territoriaux liés au phénomène de l’insécurité. Cette insécurité se manifeste par les exactions orchestrées par les phénomènes de « coupeurs de route », de prises d’otages (Saibou Issa, 2010), de braquages divers et surtout de nos jours par l’incursion et les menaces provoquées par des groupes terroristes à l’instar de Boko Haram. Cette situation a conduit à des bouleversements importants qui ont à leur tour, affecté les territoires compris au sens géographique du terme, c’est-à-dire, un espace socialisé, approprié et contrôlé.

Il est donc question de chercher à comprendre la contribution de ces phénomènes dans la dynamique de ces territoires. A cet effet, il importe en d’autres termes de procéder à l’évaluation des mutations, des changements territoriaux survenus suite à ces phénomènes d’insécurité que ces régions septentrionales ont connu et connaissent encore. Le territoire est un produit de l’histoire de la société. Les formes et les structures spatiales sont historiques et en constante transformation/mutation qui s’expliquent par des phénomènes variés. Dans ce cas spécifique, il s’agit bien de voir comment ce produit de l’histoire des sociétés connait de chamboulements qui peuvent être liés à l’insécurité.

De façon spécifique, il s’agit à partir des données collectées des sources primaires, secondaires et complémentaires de :

–          Cartographier les territoires d’insécurité des régions étudiées ;

–          Evaluer la recomposition démographique des territoires ;

–          Approfondir la caractérisation des changements observés dans les territoires économiques, sociaux et culturels de ces régions ;

–          Evaluer les impacts environnementaux de l’insécurité observés dans les territoires;

–          Analyser les bouleversements observés sur les systèmes de production dans les territoires ;

–           Evaluer le degré de territorialité, le sentiment d’appartenance au territoire des populations

Ces objectifs opératoires peuvent ainsi s’organiser au tour de trois axes principaux, l’un contribuant mutuellement à comprendre les autres :

 

Axe 1 : Cartographie des territoires d’insécurité au Nord-Cameroun

Axe 2 : Caractérisation des changements territoriaux à l’épreuve de l’insécurité

Axe 3 : Impacts territoriaux de l’insécurité au Nord-Cameroun

 Contact:

Pr GONNE Bernard, Maître de Conférences ; gonnebernard@gmail.com  Dr WATANG ZIEBA Félix, Chargé de Cours ; watangfelix@gmail.com

Contribution de PlaGéo à l’Assemblée générale du CODESRIA

« Créer l’Afrique de demain dans un contexte de transformations mondialisées : enjeux et perspectives »,  Tel est le thème autour duquel les chercheurs en sciences sociales vont discuter à l’initiative du CODESRIA.
Il s’agit bien d’un sujet qui nous concerne. Parmi les grands défis auxquels nous devons faire face au Nord Cameroun, celui des changements environnementaux.
Comment les politiques publiques de développement rural de cette partie du Cameroun s’adaptent-elles à cette nouvelle donne? Vous pouvez lire la contribution de PlaGéo (téléchargez à cette adresse: http://codesria.org/spip.php?article2343&lang=enet ) et faire des critiques pour l’améliorer
Merci

PROMOTION DES MEMBRES DE PLAGEO

L’année 2014 s’est achevée sur une très bonne note pour la petite communauté des géographes de l’Université de Maroua. On a noté plusieurs évènements scientifiques heureux notamment:

-deux soutenances de Doctorat Ph D en géographie par Ganota Boniface et Baska Toussia en novembre dernier;

-une soutenance de HDR par Kossoumna Liba’a Natali;

-la promotion de Kossoumna Liba’a au grade de Maître de conférences et celle d’ Eloundou Messi au grade de Chargé de Cours.

ph70003 ph310001

Bravo à tous ces collègues.

 

Formation des Enseignants du Département de géographie en conception, développement et utilisation d’un cours en ligne (CEL) sur Moodle

Du 20 au 24 octobre 2014, les enseignants du Département de Géographie de l’ENS de l’Université de Maroua ont suivi une formation en FOAD. Cette formation a été conduite par Dr Narcisse TALLA  et  Jérôme FOBANE, experts de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Les enseignements ont porté sur les méthodes d’enseignement à distance (FOAD, MOOL) : apprentissage par objectif, apprentissage par résolution de problème (PBL). Les compétences en construction de site web et en conception de cours en ligne ont été capitalisées par les apprenants. Une cérémonie de remise d’attestation de participation a été organisée et présidée par M le Recteur de l’Université de Maroua. La valorisation de ce nouveau savoir faire est déjà effectif au Département de Géographie qui associe désormais les enseignements en ligne et en présentielle pour le Master Recherche en Géographie.

               

 

Remise de l’ouvrage « crises de la filière coton au Cameroun » par l’auteur au Département de Géographie de l’ENS de Maroua

Le vendredi 11 juillet 2014, KOSSOUMNA LIBA’A Natali a présenté l’ouvrage intitulé Crises de la filière coton au Cameroun aux collègues du Département de Géographie de l’ENS de l’Université de Maroua. Il a offert un exemplaire de ce travail dense et riche audit département. Cet ouvrage servira de repère aux nombreux étudiants et chercheurs qui s’intéressent à la question du coton, principale culture commerciale au Nord Cameroun.

Vient de paraître: Crise de la filière coton au Cameroun par Kossoumna Liba’a Natali

La filière coton camerounaise, comme toutes celles de l’Afrique, a connu des situations d’incertitude et de crises qui perdurent. Ces crises sont liées à des facteurs exogènes (concurrence croissante des fibres synthétiques, cours mondial du coton bas et très fluctuant, parité Dollar/Euro/fcfa très défavorable, hausse du prix du pétrole entraînant une augmentation du prix des engrais) et des facteurs endogènes (dégradation de la fertilité des sols, pratiques agricoles inadéquates, perturbations climatiques, attaques acridiennes et divers facteurs sociaux comme la forte pesanteur du pouvoir traditionnel sur le foncier). Face à de tels facteurs, les paysans sont inégalement « armés » et adoptent diverses stratégies qu’elles sont défensives ou offensives, mais qui épousent leurs perceptions de l’évolution des conditions de production et de commercialisation du coton. Les petites exploitations en situation critiqueont des stratégies essentiellement « défensives » de limitation des risques. Par contre, les paysans en phase de développement et de capitalisationont des stratégies essentiellement « offensives » par la diversification des revenus et l’augmentation de la productivité des facteurs de production. Les producteurs de coton réagissent également collectivement pour assurer la fonction de stabilisation en s’appuyant sur une solidarité mutuelle de groupe pour minimiser le coût social lié aux stratégies individuelles. Les groupements de producteurs de coton mettent en place des stratégies pour limiter les risques de bradage des intrants et d’assainissement des conditions d’accès aux crédits. La Sodécotonet la cnpc-cprennent ensemble des mesures pour faire face à ces crises. Ces mesures pour le moment leur permettent de limiter certains coûts et de continuer à produire et vendre du coton. À long terme, des stratégies efficaces pour la filière coton camerounaise devraient combiner innovations institutionnelles, diversifications et réformes. La mise en œuvre de ces actions pourrait intervenir aussi bien au niveau local, national que régional et bénéficier de l’appui des partenaires au développement et surtout de l’État qui doit clairement prendre position dans les débats plus global sur les filières agricoles.

PlaGéo fait sa rentrée : gestion des ressources naturelles dans les basses terres de l’Extrême-Nord Cameroun

Le vendredi 14 mars, de 15 h à 16h30, messieurs GANOTA Boniface et ABDOURAMAN TOM ont présenté les résultats de leurs travaux  sur la gestion des ressources naturelles dans les basses terres de l’Extrême-Nord Cameroun.

Le premier a travaillé sur la dynamique des formations à Balanites aegyptiaca au Sud de la Région de l’Extrême-Nord Cameroun. Pour Ganota,  cette espèce intervient dans plusieurs domaines de la vie quotidienne des populations. Ses feuilles entrent dans la composition des aliments humains et servent en même temps de fourrage pour le bétail; ses fruits sont utilisés comme aliment et comme source de revenus, son bois est une source d’énergie et permet la fabrication des outils aratoires et d’autres ustensiles divers, ses racines sont utilisées dans la santé et ses branches garnies d’épines servent de haies mortes autour des cultures. En dépit de ces nombreux usages, cette espèce ne bénéficie pour autant pas d’une attention particulière et connaît de fortes pressions anthropiques. En conséquence, les formations à Balanites aegyptiaca se caractérisent globalement par une évolution régressive de l’ordre de 30 à 40 % de leur surface, une diminution de leur densité de 20 à 80%. La démographie galopante et l’augmentation quasi continue des surfaces agricoles expliquent cette évolution régressive. Eu égard aux nombreux services rendus à la population, l’espèce mérite d’être domestiquée . Dans cette optique, une attention particulière devrait lui être accordée par les pouvoirs publics.

Quant à Abdouraman Tom, il a insisté sur l’occupation et la valorisation des terres exondées suite au rétrécissement  du Lac Tchad.

WANIE Clarkson MVO et KOSSOUMNA LIBA’A Natali Promus

Le collègue WANIE Clarkson MVO a été promu au grade de Chargé de Cours lors de la dernière session annuelle du  comité consultatif universitaire du Cameroun.  Il est appelé à enseigner désormais dans le jeune département de Géographie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Maroua placé sous la direction du Dr Kossoumna Liba’a Natali, un autre membre de PlaGéo.

PROCHAINE PARUTION D’UN OUVRAGE COLLECTIF: « Pressions sur les territoires et les ressources naturelles au Nord-Cameroun: Enjeux environnementaux et sanitaires »

 « Pressions sur les territoires et les ressources naturelles au Nord-Cameroun: Enjeux environnementaux et sanitaires »; il s’agit du titre de l’ouvrage collectif  en cours d’élaboration par le Département de Géographie de l’ENS de l’Université de Maroua. L’ouvrage est cordonné par Félix WATANG ZIEBA et Natali KOSSOUMNA LIBA’A.
Il est composé de deux parties. La première partie s’intitule « Territoire, Environnement et Développement durable » et la deuxième partie « Environnement et santé humaine ».
Pour toute autre information contacter nous à l’adresse watangf@yahoo.fr

Séminaire de formation en cartographie et en SIG

La présentation des résultats des travaux de recherche en  Géographie passe par la construction des bases de données. Le département de Géographie a organisé un séminaire de formation à l’utilisation des logiciels de construction des systèmes d’information géographique. Messieurs Gondié et Ganota ont pendant une démi-journée initié les séminaristes aux logiciels de cartographie, géoréférencement, de construction de bases données.