Archives de l’auteur : plageo

Les inondations au Nord- Cameroun : «La part du réchauffement climatique est grande”

Les  inondations au Nord- Cameroun : «La part du réchauffement climatique est grande”

LE SEPTENTRION INFOS N ° 3 9 DU MARDI 4 SEPTEMBRE 2012

  Interview de  DR. NATALI KOSSOUMNA LIBA’A. Chargé de cours au département de Géographie de l’université de Maroua

                    La diffusion de cette interview a reçu l’autorisation de l’auteur qui est membre de PlaGéo

LE SEPTENTRION INFOS : Comment peut-on qualifier la situation que vivent les régions du Nord et de l’Extrême-Nord ?

KOSSOUMNA LIBA’A: Je voudrais tout d’abord, pour relativiser l’ampleur des pluies qui tombent actuellement sur l’Extrême-Nord et le Nord, rappeler que nous sommes bien en août et que c’est pendant ce mois qu’il y a un pic dans la pluviométrie. Je voudrais également rappeler que sur de nombreuses années, il tombe sensiblement la même quantité de pluie au cours de l’année, mais mal répartie dans le temps (entre les jours et les mois).

Dans la plupart des cas, la saison des pluies ne dépasse pas trois mois et les précipitations sont irrégulières d’une année sur l’autre. C’est connu.

Ceci dit, nous assistons, depuis la fin du mois de juillet et tout le mois d’août, à de fortes précipitations. C’est une situation paradoxale pour des régions qui sont réputées plutôt en déficit pluviométrique chaque année. Ces situations inhabituelles résultent des perturbations climatiques perceptibles sur toute la planète. Il faudra désormais s’y habituer, car notre pays n’est pas épargné. Les effets de la dégradation de l’environnement au Japon ou aux États-Unis peuvent se répercuter facilement au Cameroun.

 L’utilisation des combustibles fossiles, comme le charbon ou le pétrole pour l’électricité, ainsi que par les industries et les véhicules, les pratiques agricoles et pastorales dégradantes, les incendies des forêts sont certaines causes de ces évolutions qui causent aujourd’hui des pluies diluviennes et des inondations.

LE SEPTENTRION INFOS :Quelles en sont les explications scientifiques puisque l’on situe pareil quasi-catastrophe il y a plus de 20 ans ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Aujourd’hui, on met tout sur le changement climatique, mais souvent c’est très facile à dire qu’à expliquer. Le changement climatique est en effet une perturbation mesurable (précipitations, température, rayonnement, vent, nébulosité) et durable du système climatique, qui s’écarte nettement des conditions moyennes antérieures et provoque des changements correspondants dans les écosystèmes et l’activité socio-économique.

 Dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord, comme d’ailleurs dans toute la zone soudano-sahélienne, ces perturbations de manière générale sont ressenties de plusieurs manières : la température moyenne de surface a augmenté de 3 à 4°celsus en Afrique, 1,5 fois plus que la moyenne mondiale : il fait de plus en plus chaud ; nous assistons à des perturbations au niveau thermiques parce que les périodes de froid sont souvent décalées ou se prolongent anormalement : souvent le froid et le brouillard commencent en février au lieu de décembre. Dans le même sillage, les pluies sont incertaines et mal reparties : débuts tardifs ou précoces, trous pluviométriques, abondances ou insuffisances, fin de saison tardif ou précoce ; ce qui perturbe le cycle des cultures. Des fois, nous assistons à l’augmentation des précipitations causant des inondations comme c’est le cas cette année et des poches de sécheresses inexpliquées.

 Avec les données disponibles, il est possible d’isoler les périodes d’anomalies pluviométriques (périodes fortement pluvieuses ou de sécheresse). Quatre périodes de très grandes sécheresses du siècle dernier se sont connues : 1909-1913 ; 1940-1944 ; 1969-1973 ; 1983-1985.

Les hypothèses explicatives font intervenir des facteurs externes ou planétaires. Plusieurs échelles d’influence sont envisagées : l’échelle globale (par la circulation générale atmosphérique), régionale (les facteurs importants sont alors les variations de l’atmosphère et des océans proches du Sahel comme l’Atlantique), ou locale, tel que le mécanisme de rétroaction, qui suppose que l’augmentation de l’albédo à la frontière du Sahara et du Sahel diminue les pluies sur le Sahel, ce qui contribue à augmenter l’albédo, et génère un mécanisme de rétroaction positive en faveur de la sécheresse.

 Nous constatons également depuis une vingtaine d’années, comme vous le dites à une période qu’on peut qualifier “d’humide” qui précède la période “sèche” des années 80. Il est donc très probable que l’intensité des précipitations augmentera presque partout, mais surtout dans les régions tropicales et les latitudes les plus élevés.

 Les pluies extrêmes augmentent en comparaison avec la précipitation moyenne. Pour être simple pour vos lecteurs nombreux et diversifié, cette situation s’explique de façon logique : par la compilation des gaz à effet de serre, la température sur terre a augmenté de 0,7° celsius déjà pendant le siècle dernier.

Par 1° celsius d’augmentation il y a 3% d’évaporation et d’évapotranspiration des plantes en plus. Toute cette vapeur se condense quelque part, et à coté du fait qu’il pleuve plus fort, cette vapeur condensant amène plus d’énergie dans l’air. De là qu’en général les pluies intenses sont accompagnées de plus de vents. Le nombre de tempêtes et cyclones augmentent. Nous serons confrontés à plus d’inondations et de dégâts par les tempêtes.

 LE SEPTENTRION INFOS :À quel degré situez-vous les risques actuels ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Les risques actuels se situent à l’échelle de l’augmentation du niveau des cours d’eau, des lacs et barrages, des glissements de terrain, des coulées de boue, des submersions des terres agricoles et pastorales, des destructions des digues… Ces phénomènes météo-climatiques ont également des risques à long terme. En plus de la dégradation de la biodiversité, nous pourront assister à des perturbations de certaines activités vitales comme l’agriculture, l’élevage, la pêche…

 LE SEPTENTRION INFOS :Est-ce un phénomène propre aux régions sahéliennes, certaines villes du Sénégal connaissent la même situation ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: C’est vrai que les régions sahéliennes avec les pays comme le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Burkina et le Sénégal sont durement frappés, mais les zones côtières ne sont pas épargnées. Douala a constamment “les pieds dans l’eau”, par exemple. En fait les zones sahéliennes ressentent plus le phénomène parce que les sols, durement éprouvés par la longue sécheresse annuelle et les retards des pluies se retrouvent brutalement envahit par l’eau de manière soutenu et durable.

 LE SEPTENTRION INFOS :Pourquoi l’Adamaoua est-elle exempte du phénomène ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: L’Adamaoua est sur un plateau parsemé de nombreuses collines et montagnes. Les eaux qui y coulent se déversent vers d’autres régions. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on qualifie cette région de “château d’eau du Cameroun” et même de la sous-région.

 LE SEPTENTRION INFOS :Peut-on parler simplement de réchauffement climatique ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: C’est vrai que de manière structurelle, la part du réchauffement climatique est grande, mais l’homme, de par ses activités peut être également à l’origine de l’aggravation des risques. Certains gros ouvrages comme les barrages, les digues de retenu d’eau peuvent contribuer à cette situation. Il en est de même pour de nombreux villages qui s’installent sur les lits majeurs des cours d’eau ou qui y mènent des activités agricoles, contribuant à perturber l’écoulement normal des eaux ou carrément à le détourner.

LE SEPTENTRION INFOS : Quelles sont les solutions immédiates à apporter à cotés des sacs de riz, de sel et de savon qu’apporte le gouvernement aux sinistrés ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Le gouvernement joue toujours son rôle de sapeur pompier, mais il faut des solutions concrètes et durables. Il s’agit d’un problème d’aménagement et de gestion des eaux et de l’espace qu’il est impératif de résoudre à long terme. Mais pour le moment, en dehors des commissions ad hoc que l’État met souvent en place pour aider les sinistrés, sur le plan législatif et institutionnel, aucune institution ni service de l’administration n’est chargé actuellement au Cameroun de la gestion des problèmes particuliers des crues.

Même si plusieurs départements ministériels ont en charge la gestion des questions relatives à la conservation du milieu naturel et des ressources en eau en particulier, une approche globale des questions relatives aux ressources en eau en vue d’une gestion durable n’est pas pour le moment visible sur le terrain en termes de résultats et d’efficacité. Un secrétariat permanent à la gestion des catastrophes naturelles a même été créé, mais son rôle ne devrait pas s’arrêter à organiser des interventions en cas de catastrophes.

La présence de l’Université de Maroua dans la région est également une aubaine pour les différents départements ministériels en charge de la gestion de ces problèmes. Ils peuvent proposer des sujets de recherche pour les étudiants de l’Ens (Ecole normale supérieure, Ndlr), mais surtout de l’Iss (Institut supérieur du Sahel) qui a en son sein un département qui forme des ingénieurs sur les questions de l’eau. Parce que toute intervention, qu’elle qu’en soit l’échelle, devrait être précédée d’une étude d’impact et reposer sur une bonne connaissance des mécanismes qui sous-tendent le fonctionnement normal du milieu, des interrelations entre les phénomènes naturels, et entre diverses communautés aux intérêts divergents et souvent contradictoires.

 Propos recueillis par Paul-Joel Kamtchang (LE SEPTENTRION INFOS N ° 3 9 DU MARDI 4 SEPTEMBRE 2012)

 

 

Colloque international sur les migrations internationales à Dschang

*  *  *

Publié le lundi 08 octobre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Les migrations font débat dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Annonce

Argumentaire

A la suite du Séminaire-atelier international tenu à Dschang les 4-5-6 janvier 2012 et intitulé « Migrations internationales et développement local : quelles synergies ? », l’Université de Dschang en partenariat avec l’Université de Poitiers et le laboratoire de recherche MIGRINTER annonce l’organisation d’un colloque scientifique international prévu à l’Université de Dschang au Cameroun aux dates de 6-7-8 novembre 2013.  Ce colloque s’articulera autour de la thématique suivante : Comment questionner les liens Migrations et Développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

En effet, les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes.

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Enfin, le quatrième axe intitulé « Les acteurs intermédiaires des transformations sociales et spatiales » a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc…) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

En appui à ces quatre axes qui occuperont les deux premières journées du colloque, la troisième journée sera consacrée à une excursion sur le terrain afin de prendre la mesure des réalités théoriques dont il aura été question lors de nos travaux. La visite des cases patrimoniales dans le sillage du parcours de la route des chefferies proposé par le programme éponyme permettra ainsi de clôturer le colloque.

Conditions de contribution

Les propositions de communication (de 3000 à 5000 signes environ) doivent être envoyées à l’adresse suivante : mimdel.colloque2013@yahoo.fr

avant le 29 décembre 2012 

Les notifications d’acceptation seront communiquées aux personnes sélectionnées le 15 janvier 2013.

Les textes définitifs seront attendus pour le 30 juillet 2013.

Les communications sélectionnées par le comité scientifique feront l’objet d’une publication des actes du colloque.

Comité scientifique

en cours de constitution

Responsables scientifiques :

  • Pierre Kamdem, Enseignant-chercheur, Université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, Enseignant-chercheur, Université de Poitiers

Organisateurs :

  • Université de Dschang, Cameroun
  • Université de Poitiers, France
  • Laboratoire MIGRINTER UMR-CNRS-7301

Lieux

  • Université de Dschang
    Chang, Cameroun

Dates

  • samedi 29 décembre 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Afrique de l’Ouest, Afrique centrale, migrations internationales, développement, urgence, politiques migratoires, transferts financiers, changement social

Contacts

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr
  • Nathalie Kotlok
    courriel : nathalie [dot] kotlok [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l’information

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr

Au sujet des inondations au Nord Cameroun

Comment pouvons-nous rester totalement indifférents (…) ?

par François WASSOUNI

Bien cher(e)s frères et sœurs du Nord-Cameroun,

Je commencerais mon propos en disant que la situation qui sévit en ce moment au Nord-Cameroun est gravissime : notre région est en train de traverser une des périodes les plus difficiles de son histoire. S’il est une actualité qui a fait et continue à faire la une de l’actualité ces dernières semaines, ce sont bien ces inondations dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. Elles ont condamné des milliers de nos frères et sœurs à l’exil et à la désolation. Destruction des maisons, du cheptel, de l’ensemble des récoltes avec toutes les conséquences que cela suppose, en sont quelques caractéristiques. Face à ce désastre, on a observé des mobilisations de part et d’autre, lesquelles mobilisations amènent à se poser mille et une questions sur la place véritable du Nord sur l’échiquier national. Je ne voudrais pas m’engager dans des analyses qui peuvent donner lieu à des polémiques de toutes sortes.

 Cependant, cette conjoncture m’amène à interpeller les intellectuels du Nord-Cameroun, je pense surtout aux universitaires, en particulier à ceux des universités de Maroua et de Ngaoundéré. Que nous inspire ce contexte ? Rien du tout ? Je pense que l’attitude que nous avons adoptée jusque-là est irresponsable et honteuse à la limite. Comment pouvons-nous rester totalement indifférents, au moment où nos pères, mères, frères et sœurs d’une partie de notre région est plongée dans un drame ? Si je m’en tiens à Maroua, je n’ai jusque-là pas été informé d’une quelconque mobilisation de notre part (descentes sur le terrain, réunions, conférences-débats, plateaux radiophoniques, articles dans les journaux, etc). Quelle est donc notre part de responsabilité quant au devenir de nos sociétés ? Cette période si difficile pour les populations touchées doit-elle rester l’affaire de l’Etat, d’ONG, d’organisations internationales ou d’autres acteurs venus d’ailleurs ? Si telle était notre façon de regarder et de concevoir les choses, je pense que nous ne méritons pas notre place d’intellectuels.

 A mon sens,  un certain nombre d’initiatives, aussi modestes soient-elles, auraient dû être prises. Elles auraient sans doute constitué notre façon à nous de marquer l’histoire, de témoigner notre solidarité  à l’endroit des ces victimes. A quoi servirait la science dont nous sommes les détenteurs, si elle n’avait aucune dimension morale et surtout fonctionnelle, une science sans conscience au sens où l’entendait le philosophe française Gaston Bachelard ?

Pour ma part, je pense qu’il ne se fait pas tard. Vivement qu’un forum de discussions puisse être initié, pour qu’ensemble nous essayions de voir comment contribuer à juguler cette période si difficile. Je compte sur votre bonne compréhension pour développer et approfondir cette idée que je viens de lancer ! Pour ma part, je pense déjà à un projet d’ouvrage sur la question (ses origines lointaines, immédiates, analyse critique des mesures prises, les acteurs impliqués dans la gestion de ces catastrophes et leurs stratégies, les solutions à moyen et à long terme, la question du développement et de l’avenir du Nord-Cameroun à travers cette période de crise, la place du Nord-Cameroun dans la géopolitique du Cameroun analysée sous le prisme de ces inondations, etc) ; à des articles dans les journaux ; à des conférences sur la question ; à des débats radiophoniques animés par les intellectuels, etc….

Cordialement !

François WASSOUNI

Adaptation des éleveurs mbororo aux contraintes écologiques

Adaptation des éleveurs mbororo aux contraintes écologiques, économiques et sociales dans le Nord du Cameroun

par  Natali KOSSOUMNA LIBA’A

                                                

Résumé :  Les éleveurs mbororo du Nord du Cameroun, comme de nombreuses sociétés pastorales, sont en crise. Ils tentent de s’adapter  aux contraintes écologiques, économiques et sociales auxquelles ils sont confrontés. Face aux contraintes écologiques, ils se sédentarisent, mais maintiennent la transhumance et valorisent la fumure organique produite par leurs animaux pour préserver la fertilité des sols. Face aux contraintes sociales, ils s’insèrent dans les réseaux sociaux locaux et  raffermissent des liens intercommunautaires. Face aux contraintes économiques, ils diversifient leurs activités. 

 Abstract: The mbororo stockbreeder’s  of the North of Cameroun adopt various strategies to face the ecological, economic and social crises.  Face to the ecological crises, they maintain transhumance and develop the organic manure produced by to their animals to preserve the soil fertility. Insertion in the local social networks and the hardening of the intercommunity jumps enable them to better adapt to the social crises. Face to the economic crisis, they diversify to their activities.

Dynamique d’un espace géographique autour d’un barrage

Dynamique d’un espace géographique autour d’un barrage : le cas de la Mapé dans le Nord-Cameroun

Par Marie Madeleine MBANMEYH

Résumé  : Le barrage de la Mapé est un réservoir d’eau créé en 1987 par la SONEL( Société Nationale d’Electricité) , privatisée sous AES-SONEL  depuis le années 2000 . Cette retenue d’eau située dans l’Arrondissement de Bankim, zone soudano-sahélienne du Sud-Ouest de la région de l’Adamaoua a pour but comme pour la plupart des réservoirs d’eau construits par la SONEL au Cameroun, de régulariser le débit de la Sanaga en saison d’étiage afin de maintenir stable la production de l’électricité pour la ville industrielle de Douala et ses environs où la demande en énergie électrique ne cesse d’augmenter d’année en année. La mise en place du barrage de la Mapé a provoqué un bouleversement de l’organisation ancienne de la région. Il s’agit pour nous d’examiner ici les mutations environnementales orchestrées dans ce milieu par le barrage. La démarche méthodologique a consisté à recueillir les données à travers l’exploitation des travaux antérieurs, notamment les résultats de l’étude de faisabilité réalisée par la SEDA( Société d’Etude pour le Développement d’Afrique) en 1986 ; les cartes topographiques ; les photographies aériennes ; les documents administratifs. Aussi, nous avons mené les enquêtes , les entrevues avec les populations concernées ; les autorités municipales, sans négliger les observations directes de terrain. Région de contact forêt-savane, l’Arrondissement de Bankim possède une potentialité climatico-hydrologique capable d’entretenir un réservoir d’eau. On note également l’absence d’une étude d’impact environnemental digne du nom avant la réalisation du projet sur un site dont la population a subi un bouleversement profond des effets du barrage. Cependant, une analyse approfondie de la situation socio-économique d’un groupe de déguerpis comme celui du village Bandam permettrait d’appréhender les malaises et les difficultés auxquelles sont encore confrontées les populations plus de vingt ans après leur déguerpissement et « l’indemnisation » de leurs biens.

 

Gestion ressources halieutiques au Lac Tchad

 Enjeux de l’occupation de l’espace et gestion ressources halieutiques dans l’ile de Darak au Lac Tchad

par ABDOURAMAN TOM

Résumé : La pêche constitue une des activités de prélèvement opérées sur la nature. En Afrique subsaharienne et notamment au Cameroun, elle contribue à la survie des gens des fleuves et des lacs en leur apportant un complément alimentaire et des revenus monétaires pour satisfaire leurs besoins. Le lac Tchad dans sa globalité et particulièrement la zone de Darak obéit à cette logique. Cette masse d’eau est bordée de villages peuplés des Haoussa en majorité, des Djoukoun, des Arabe Choas, des Kotoko, et des Massa. Ces groupes de populations pratiquent en exclusivité la pêche, ils ont été rejoints dans cette activité par des groupes allochtones en provenance du Nigeria, du Tchad, du Ghana, du Mali et du Burkina Fasso. Ces nouveaux venus sont des pêcheurs professionnels, et détenteurs d’outils et de techniques performants de pêche dont les produits sont non seulement vendus sur les marchés   locaux, mais aussi exportés au Nigeria et au Tchad voisin. Aujourd’hui la pression démographique exercée sur les ressources halieutiques fait qu’il, existe une altération latente des relations entre autochtones et allogènes sur les lacs d’une part, et d’autre part, des pratiques tendant à réglementer la pratique de pêche pour une exploitation rationnelle des ressources. Chercher à comprendre comment s’organise la gestion des ressources halieutiques dans un contexte de dégradation avancée du milieu, de forte pression démographique et de conflit d’utilisation constitue le problème qu’entend traiter cette communication. Pour traiter ce sujet, nous nous sommes appesanti sur des données empiriques collectées sur la base des enquêtes notamment auprès des exploitants pêcheur, vendeur et commerçant. Ces données sont complétées par celles des rapports d’organismes et des recherches diverses. L’intervention de l’Etat par le service de pêche, parviendra t-elle à réguler la pratique de la pêche de façon durable et au profit de tous ?

Insalubrité dans les quartiers de Maroua

Insalubrité dans les quartiers populeux de Maroua : le cas de Doualaré

par  ELOUNDOU MESSI Paul Basile et BASKA TOUSSIA Daniel Valeri

Résumé : La ville  de Maroua après  son  érection en capitale  provinciale en régionale  a connu  une croissance vertigineuse depuis les années 1980  plus précisément  en  1983 .Cette croissance de la ville  s’est  traduite  sur le  plan  spatial  par  l’ expansion de la  ville que  démographique  par  l’ augmentation du  nombre  de résidents en ville ,mais le nombre d’ équipements en logement n’a pas le rythme .Elle a engendré  la gestion  inégalitaire  des  espaces  urbains ,certains quartiers  étant mieux équipés que les autres. Le  manque ou  l’insuffisance  des équipements socio-collectifs  a entrainé aux résidents de ce quartier  d’adopter les  comportements individualistes qui vont entrainer la non résolution des problèmes que font face ces quartiers mal-lotis .L’étude de cette recherche est de voir  les conditions de vie et les risques sanitaires que posent ce type de quartier en zone sahélienne .Pour ce faire ,nous avons recensé et localisé dans le quartier Doualaré ,l’ensemble des phénomènes qui font problème dans  la zone d’étude .A toutes ces pratiques  inadéquates viennent se greffer les conditions climatiques et environnementales difficiles de la ville qui exacerbent les problèmes déjà évoqués . Le  paysage urbain  est entamé et la santé des populations est évidents : ruelles sales à cause de la mauvaise évacuation des ordures, des eaux usées ,des excrétas et manifestation de plusieurs maladies au desquelles : le choléra la diarrhée, le paludisme et la dysenterie

Abstract :  Maroua has witnessed a high growth since the 1980’s and precisely in 1983 when it was raised to a provincial capital and recently to a regional capital. Spatially this growth took place in the expansion of the town and demographically with the growth of the population, but housing equipments did not witness the same change. This led to an unequal management of urban space with some quarters being well equipped than others.  Insufficient socio collective equipments has led to the resident population to adopt individualistic behaviors which has has blocked the way for a solution to the problems faced by this poorly planned quarter. This study seeks to bring out the living conditions as well as the health risk resulting in such a quarter in the sahelian zone. To attained these, a survey was carried out to identify and loalise the problems in the study area. Added to these poor practices are difficult climatic and environmental conditions intensifying the already mentioned problems.  The urban landscape is affected and the health of the population is evident ; dirty gutters due to poor evacuation of waste, waste water, feaces the manifestation of several diseases like cholera, diarrhea, malaria and dysentery.

Cooperation in rural development in Cameroon

Cooperation in rural development in Cameroon: analysis of some examples in the Far North region 

by MBANGA Lawrence AKEI andEsther SUBINN ETOUKE FANNY

Abstract : The state of Cameroon has since independence placed multilateral and bilateral cooperation for foreign investments at the forefront of her rural development strategies. This was done not only with countries for diplomatic relations but also with some institutions having the rural development of Cameroon at heart. This is the case with the European Union. This study attempts an evaluation of the impact of cooperation in rural development in Cameroon using a case study analysis approach in the Far North region.  A review of existing documentation and reports on cooperation in
Cameroon provided an insight into this study. This was completed by field survey. The result of this study is very revealing. There is an array of institutions operating in the Far North region thanks to cooperation ties with the state of
Cameroon. These institutions have varied rural development policies and strategies centered on participation but all work towards improving the living conditions of the rural dwellers.