Au sujet des inondations au Nord Cameroun

Comment pouvons-nous rester totalement indifférents (…) ?

par François WASSOUNI

Bien cher(e)s frères et sœurs du Nord-Cameroun,

Je commencerais mon propos en disant que la situation qui sévit en ce moment au Nord-Cameroun est gravissime : notre région est en train de traverser une des périodes les plus difficiles de son histoire. S’il est une actualité qui a fait et continue à faire la une de l’actualité ces dernières semaines, ce sont bien ces inondations dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. Elles ont condamné des milliers de nos frères et sœurs à l’exil et à la désolation. Destruction des maisons, du cheptel, de l’ensemble des récoltes avec toutes les conséquences que cela suppose, en sont quelques caractéristiques. Face à ce désastre, on a observé des mobilisations de part et d’autre, lesquelles mobilisations amènent à se poser mille et une questions sur la place véritable du Nord sur l’échiquier national. Je ne voudrais pas m’engager dans des analyses qui peuvent donner lieu à des polémiques de toutes sortes.

 Cependant, cette conjoncture m’amène à interpeller les intellectuels du Nord-Cameroun, je pense surtout aux universitaires, en particulier à ceux des universités de Maroua et de Ngaoundéré. Que nous inspire ce contexte ? Rien du tout ? Je pense que l’attitude que nous avons adoptée jusque-là est irresponsable et honteuse à la limite. Comment pouvons-nous rester totalement indifférents, au moment où nos pères, mères, frères et sœurs d’une partie de notre région est plongée dans un drame ? Si je m’en tiens à Maroua, je n’ai jusque-là pas été informé d’une quelconque mobilisation de notre part (descentes sur le terrain, réunions, conférences-débats, plateaux radiophoniques, articles dans les journaux, etc). Quelle est donc notre part de responsabilité quant au devenir de nos sociétés ? Cette période si difficile pour les populations touchées doit-elle rester l’affaire de l’Etat, d’ONG, d’organisations internationales ou d’autres acteurs venus d’ailleurs ? Si telle était notre façon de regarder et de concevoir les choses, je pense que nous ne méritons pas notre place d’intellectuels.

 A mon sens,  un certain nombre d’initiatives, aussi modestes soient-elles, auraient dû être prises. Elles auraient sans doute constitué notre façon à nous de marquer l’histoire, de témoigner notre solidarité  à l’endroit des ces victimes. A quoi servirait la science dont nous sommes les détenteurs, si elle n’avait aucune dimension morale et surtout fonctionnelle, une science sans conscience au sens où l’entendait le philosophe française Gaston Bachelard ?

Pour ma part, je pense qu’il ne se fait pas tard. Vivement qu’un forum de discussions puisse être initié, pour qu’ensemble nous essayions de voir comment contribuer à juguler cette période si difficile. Je compte sur votre bonne compréhension pour développer et approfondir cette idée que je viens de lancer ! Pour ma part, je pense déjà à un projet d’ouvrage sur la question (ses origines lointaines, immédiates, analyse critique des mesures prises, les acteurs impliqués dans la gestion de ces catastrophes et leurs stratégies, les solutions à moyen et à long terme, la question du développement et de l’avenir du Nord-Cameroun à travers cette période de crise, la place du Nord-Cameroun dans la géopolitique du Cameroun analysée sous le prisme de ces inondations, etc) ; à des articles dans les journaux ; à des conférences sur la question ; à des débats radiophoniques animés par les intellectuels, etc….

Cordialement !

François WASSOUNI


1 réflexion sur « Au sujet des inondations au Nord Cameroun »

  1. LIBAA

    Bonjour Wassouni,
    Il y a un projet en cours avec le Dr. Ombolo de l’ISS. Il faut te rapprocher de lui!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.