Archives par étiquette : réchauffement climatique

Les inondations au Nord- Cameroun : «La part du réchauffement climatique est grande »

Les  inondations au Nord- Cameroun : «La part du réchauffement climatique est grande »

LE SEPTENTRION INFOS N ° 3 9 DU MARDI 4 SEPTEMBRE 2012

  Interview de  DR. NATALI KOSSOUMNA LIBA’A. Chargé de cours au département de Géographie de l’université de Maroua

                    La diffusion de cette interview a reçu l’autorisation de l’auteur qui est membre de PlaGéo

LE SEPTENTRION INFOS : Comment peut-on qualifier la situation que vivent les régions du Nord et de l’Extrême-Nord ?

KOSSOUMNA LIBA’A: Je voudrais tout d’abord, pour relativiser l’ampleur des pluies qui tombent actuellement sur l’Extrême-Nord et le Nord, rappeler que nous sommes bien en août et que c’est pendant ce mois qu’il y a un pic dans la pluviométrie. Je voudrais également rappeler que sur de nombreuses années, il tombe sensiblement la même quantité de pluie au cours de l’année, mais mal répartie dans le temps (entre les jours et les mois).

Dans la plupart des cas, la saison des pluies ne dépasse pas trois mois et les précipitations sont irrégulières d’une année sur l’autre. C’est connu.

Ceci dit, nous assistons, depuis la fin du mois de juillet et tout le mois d’août, à de fortes précipitations. C’est une situation paradoxale pour des régions qui sont réputées plutôt en déficit pluviométrique chaque année. Ces situations inhabituelles résultent des perturbations climatiques perceptibles sur toute la planète. Il faudra désormais s’y habituer, car notre pays n’est pas épargné. Les effets de la dégradation de l’environnement au Japon ou aux États-Unis peuvent se répercuter facilement au Cameroun.

 L’utilisation des combustibles fossiles, comme le charbon ou le pétrole pour l’électricité, ainsi que par les industries et les véhicules, les pratiques agricoles et pastorales dégradantes, les incendies des forêts sont certaines causes de ces évolutions qui causent aujourd’hui des pluies diluviennes et des inondations.

LE SEPTENTRION INFOS :Quelles en sont les explications scientifiques puisque l’on situe pareil quasi-catastrophe il y a plus de 20 ans ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Aujourd’hui, on met tout sur le changement climatique, mais souvent c’est très facile à dire qu’à expliquer. Le changement climatique est en effet une perturbation mesurable (précipitations, température, rayonnement, vent, nébulosité) et durable du système climatique, qui s’écarte nettement des conditions moyennes antérieures et provoque des changements correspondants dans les écosystèmes et l’activité socio-économique.

 Dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord, comme d’ailleurs dans toute la zone soudano-sahélienne, ces perturbations de manière générale sont ressenties de plusieurs manières : la température moyenne de surface a augmenté de 3 à 4°celsus en Afrique, 1,5 fois plus que la moyenne mondiale : il fait de plus en plus chaud ; nous assistons à des perturbations au niveau thermiques parce que les périodes de froid sont souvent décalées ou se prolongent anormalement : souvent le froid et le brouillard commencent en février au lieu de décembre. Dans le même sillage, les pluies sont incertaines et mal reparties : débuts tardifs ou précoces, trous pluviométriques, abondances ou insuffisances, fin de saison tardif ou précoce ; ce qui perturbe le cycle des cultures. Des fois, nous assistons à l’augmentation des précipitations causant des inondations comme c’est le cas cette année et des poches de sécheresses inexpliquées.

 Avec les données disponibles, il est possible d’isoler les périodes d’anomalies pluviométriques (périodes fortement pluvieuses ou de sécheresse). Quatre périodes de très grandes sécheresses du siècle dernier se sont connues : 1909-1913 ; 1940-1944 ; 1969-1973 ; 1983-1985.

Les hypothèses explicatives font intervenir des facteurs externes ou planétaires. Plusieurs échelles d’influence sont envisagées : l’échelle globale (par la circulation générale atmosphérique), régionale (les facteurs importants sont alors les variations de l’atmosphère et des océans proches du Sahel comme l’Atlantique), ou locale, tel que le mécanisme de rétroaction, qui suppose que l’augmentation de l’albédo à la frontière du Sahara et du Sahel diminue les pluies sur le Sahel, ce qui contribue à augmenter l’albédo, et génère un mécanisme de rétroaction positive en faveur de la sécheresse.

 Nous constatons également depuis une vingtaine d’années, comme vous le dites à une période qu’on peut qualifier « d’humide » qui précède la période « sèche » des années 80. Il est donc très probable que l’intensité des précipitations augmentera presque partout, mais surtout dans les régions tropicales et les latitudes les plus élevés.

 Les pluies extrêmes augmentent en comparaison avec la précipitation moyenne. Pour être simple pour vos lecteurs nombreux et diversifié, cette situation s’explique de façon logique : par la compilation des gaz à effet de serre, la température sur terre a augmenté de 0,7° celsius déjà pendant le siècle dernier.

Par 1° celsius d’augmentation il y a 3% d’évaporation et d’évapotranspiration des plantes en plus. Toute cette vapeur se condense quelque part, et à coté du fait qu’il pleuve plus fort, cette vapeur condensant amène plus d’énergie dans l’air. De là qu’en général les pluies intenses sont accompagnées de plus de vents. Le nombre de tempêtes et cyclones augmentent. Nous serons confrontés à plus d’inondations et de dégâts par les tempêtes.

 LE SEPTENTRION INFOS :À quel degré situez-vous les risques actuels ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Les risques actuels se situent à l’échelle de l’augmentation du niveau des cours d’eau, des lacs et barrages, des glissements de terrain, des coulées de boue, des submersions des terres agricoles et pastorales, des destructions des digues… Ces phénomènes météo-climatiques ont également des risques à long terme. En plus de la dégradation de la biodiversité, nous pourront assister à des perturbations de certaines activités vitales comme l’agriculture, l’élevage, la pêche…

 LE SEPTENTRION INFOS :Est-ce un phénomène propre aux régions sahéliennes, certaines villes du Sénégal connaissent la même situation ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: C’est vrai que les régions sahéliennes avec les pays comme le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Burkina et le Sénégal sont durement frappés, mais les zones côtières ne sont pas épargnées. Douala a constamment « les pieds dans l’eau », par exemple. En fait les zones sahéliennes ressentent plus le phénomène parce que les sols, durement éprouvés par la longue sécheresse annuelle et les retards des pluies se retrouvent brutalement envahit par l’eau de manière soutenu et durable.

 LE SEPTENTRION INFOS :Pourquoi l’Adamaoua est-elle exempte du phénomène ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: L’Adamaoua est sur un plateau parsemé de nombreuses collines et montagnes. Les eaux qui y coulent se déversent vers d’autres régions. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on qualifie cette région de « château d’eau du Cameroun » et même de la sous-région.

 LE SEPTENTRION INFOS :Peut-on parler simplement de réchauffement climatique ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: C’est vrai que de manière structurelle, la part du réchauffement climatique est grande, mais l’homme, de par ses activités peut être également à l’origine de l’aggravation des risques. Certains gros ouvrages comme les barrages, les digues de retenu d’eau peuvent contribuer à cette situation. Il en est de même pour de nombreux villages qui s’installent sur les lits majeurs des cours d’eau ou qui y mènent des activités agricoles, contribuant à perturber l’écoulement normal des eaux ou carrément à le détourner.

LE SEPTENTRION INFOS : Quelles sont les solutions immédiates à apporter à cotés des sacs de riz, de sel et de savon qu’apporte le gouvernement aux sinistrés ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Le gouvernement joue toujours son rôle de sapeur pompier, mais il faut des solutions concrètes et durables. Il s’agit d’un problème d’aménagement et de gestion des eaux et de l’espace qu’il est impératif de résoudre à long terme. Mais pour le moment, en dehors des commissions ad hoc que l’État met souvent en place pour aider les sinistrés, sur le plan législatif et institutionnel, aucune institution ni service de l’administration n’est chargé actuellement au Cameroun de la gestion des problèmes particuliers des crues.

Même si plusieurs départements ministériels ont en charge la gestion des questions relatives à la conservation du milieu naturel et des ressources en eau en particulier, une approche globale des questions relatives aux ressources en eau en vue d’une gestion durable n’est pas pour le moment visible sur le terrain en termes de résultats et d’efficacité. Un secrétariat permanent à la gestion des catastrophes naturelles a même été créé, mais son rôle ne devrait pas s’arrêter à organiser des interventions en cas de catastrophes.

La présence de l’Université de Maroua dans la région est également une aubaine pour les différents départements ministériels en charge de la gestion de ces problèmes. Ils peuvent proposer des sujets de recherche pour les étudiants de l’Ens (Ecole normale supérieure, Ndlr), mais surtout de l’Iss (Institut supérieur du Sahel) qui a en son sein un département qui forme des ingénieurs sur les questions de l’eau. Parce que toute intervention, qu’elle qu’en soit l’échelle, devrait être précédée d’une étude d’impact et reposer sur une bonne connaissance des mécanismes qui sous-tendent le fonctionnement normal du milieu, des interrelations entre les phénomènes naturels, et entre diverses communautés aux intérêts divergents et souvent contradictoires.

 Propos recueillis par Paul-Joel Kamtchang (LE SEPTENTRION INFOS N ° 3 9 DU MARDI 4 SEPTEMBRE 2012)