Archives par étiquette : mutations environnementales

Dynamique d’un espace géographique autour d’un barrage

Dynamique d’un espace géographique autour d’un barrage : le cas de la Mapé dans le Nord-Cameroun

Par Marie Madeleine MBANMEYH

Résumé  : Le barrage de la Mapé est un réservoir d’eau créé en 1987 par la SONEL( Société Nationale d’Electricité) , privatisée sous AES-SONEL  depuis le années 2000 . Cette retenue d’eau située dans l’Arrondissement de Bankim, zone soudano-sahélienne du Sud-Ouest de la région de l’Adamaoua a pour but comme pour la plupart des réservoirs d’eau construits par la SONEL au Cameroun, de régulariser le débit de la Sanaga en saison d’étiage afin de maintenir stable la production de l’électricité pour la ville industrielle de Douala et ses environs où la demande en énergie électrique ne cesse d’augmenter d’année en année. La mise en place du barrage de la Mapé a provoqué un bouleversement de l’organisation ancienne de la région. Il s’agit pour nous d’examiner ici les mutations environnementales orchestrées dans ce milieu par le barrage. La démarche méthodologique a consisté à recueillir les données à travers l’exploitation des travaux antérieurs, notamment les résultats de l’étude de faisabilité réalisée par la SEDA( Société d’Etude pour le Développement d’Afrique) en 1986 ; les cartes topographiques ; les photographies aériennes ; les documents administratifs. Aussi, nous avons mené les enquêtes , les entrevues avec les populations concernées ; les autorités municipales, sans négliger les observations directes de terrain. Région de contact forêt-savane, l’Arrondissement de Bankim possède une potentialité climatico-hydrologique capable d’entretenir un réservoir d’eau. On note également l’absence d’une étude d’impact environnemental digne du nom avant la réalisation du projet sur un site dont la population a subi un bouleversement profond des effets du barrage. Cependant, une analyse approfondie de la situation socio-économique d’un groupe de déguerpis comme celui du village Bandam permettrait d’appréhender les malaises et les difficultés auxquelles sont encore confrontées les populations plus de vingt ans après leur déguerpissement et « l’indemnisation » de leurs biens.