Archives mensuelles : octobre 2012

L’audiovisuel est un outil en géographie

L’audiovisuel est un outil en géographie

Ces dernières années, on a noté l’émergence de l’anthropologie visuelle au sein de nos institutions universitaires. Pour la plupart des géographes, l’audiovisuel n’a jamais été considéré comme une démarche en géographie et pourtant il fut déjà utilisé par Jean BRUNHES en 1902 (Chenet et al., 2011). De plus en plus, des laboratoires de recherche utilisent cet outil pour la diffusion de leurs travaux. Ce fut le cas, il y a deux ans de CINE-DIVERS-CITES organisé par le laboratoire MIGRINTER.

 Le cinéma comme démarche de recherche en géographie                                                                                                                                                                                                                                               Par  Marie Chenet, Luisa Simoes et Quentin Laurent

 Extrait de : Marie Chenet, Luisa Simoes et Quentin Laurent, « Pratique et enseignement de l’audiovisuel en géographie », EchoGéo [En ligne], numéro 18 | 2011, mis en ligne le 05 décembre 2011, consulté le 05 octobre 2012. URL : http:// echogeo.revues.org/12734 ; DOI : 10.4000/echogeo.12734

  » Le géographe peut travailler avec l’image animée et le son de deux manières : il peut les analyser ou les produire en vue d’une diffusion.

Un film, qu’il soit tourné par un cinéaste professionnel ou un géographe, peut être visionné et analysé afin de servir de document-source dans un travail de recherche géographique.

Les images animées ont valeur d’archive qu’il s’agisse d’un film monté ou de rushes inutilisés mais souvent très intéressants. Ces documents peuvent alors faire l’objet d’une analyse comme n’importe quelle autre source de données géographiques. Mais ils peuvent également traduire à un moment donné la vision que le réalisateur porte sur un territoire ou un processus. »

 

Colloque international sur les migrations internationales à Dschang

*  *  *

Publié le lundi 08 octobre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Les migrations font débat dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Annonce

Argumentaire

A la suite du Séminaire-atelier international tenu à Dschang les 4-5-6 janvier 2012 et intitulé « Migrations internationales et développement local : quelles synergies ? », l’Université de Dschang en partenariat avec l’Université de Poitiers et le laboratoire de recherche MIGRINTER annonce l’organisation d’un colloque scientifique international prévu à l’Université de Dschang au Cameroun aux dates de 6-7-8 novembre 2013.  Ce colloque s’articulera autour de la thématique suivante : Comment questionner les liens Migrations et Développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

En effet, les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes.

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Enfin, le quatrième axe intitulé « Les acteurs intermédiaires des transformations sociales et spatiales » a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc…) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

En appui à ces quatre axes qui occuperont les deux premières journées du colloque, la troisième journée sera consacrée à une excursion sur le terrain afin de prendre la mesure des réalités théoriques dont il aura été question lors de nos travaux. La visite des cases patrimoniales dans le sillage du parcours de la route des chefferies proposé par le programme éponyme permettra ainsi de clôturer le colloque.

Conditions de contribution

Les propositions de communication (de 3000 à 5000 signes environ) doivent être envoyées à l’adresse suivante : mimdel.colloque2013@yahoo.fr

avant le 29 décembre 2012 

Les notifications d’acceptation seront communiquées aux personnes sélectionnées le 15 janvier 2013.

Les textes définitifs seront attendus pour le 30 juillet 2013.

Les communications sélectionnées par le comité scientifique feront l’objet d’une publication des actes du colloque.

Comité scientifique

en cours de constitution

Responsables scientifiques :

  • Pierre Kamdem, Enseignant-chercheur, Université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, Enseignant-chercheur, Université de Poitiers

Organisateurs :

  • Université de Dschang, Cameroun
  • Université de Poitiers, France
  • Laboratoire MIGRINTER UMR-CNRS-7301

Lieux

  • Université de Dschang
    Chang, Cameroun

Dates

  • samedi 29 décembre 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Afrique de l’Ouest, Afrique centrale, migrations internationales, développement, urgence, politiques migratoires, transferts financiers, changement social

Contacts

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr
  • Nathalie Kotlok
    courriel : nathalie [dot] kotlok [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l’information

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr

« Élaboration d’un document de production scientifique »

Un séminaire pédagogique du Département sera organisé du 22 au 23 octobre 2012 avec pour thème : « Élaboration d’un document de production scientifique ».

NB : Les drafts des orateurs doivent parvenir au secrétariat du séminaire le vendredi 12 octobre 2012 au plus tard au courriel suivant : baskatoussia@yahoo.fr

Au sujet des inondations au Nord Cameroun

Comment pouvons-nous rester totalement indifférents (…) ?

par François WASSOUNI

Bien cher(e)s frères et sœurs du Nord-Cameroun,

Je commencerais mon propos en disant que la situation qui sévit en ce moment au Nord-Cameroun est gravissime : notre région est en train de traverser une des périodes les plus difficiles de son histoire. S’il est une actualité qui a fait et continue à faire la une de l’actualité ces dernières semaines, ce sont bien ces inondations dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. Elles ont condamné des milliers de nos frères et sœurs à l’exil et à la désolation. Destruction des maisons, du cheptel, de l’ensemble des récoltes avec toutes les conséquences que cela suppose, en sont quelques caractéristiques. Face à ce désastre, on a observé des mobilisations de part et d’autre, lesquelles mobilisations amènent à se poser mille et une questions sur la place véritable du Nord sur l’échiquier national. Je ne voudrais pas m’engager dans des analyses qui peuvent donner lieu à des polémiques de toutes sortes.

 Cependant, cette conjoncture m’amène à interpeller les intellectuels du Nord-Cameroun, je pense surtout aux universitaires, en particulier à ceux des universités de Maroua et de Ngaoundéré. Que nous inspire ce contexte ? Rien du tout ? Je pense que l’attitude que nous avons adoptée jusque-là est irresponsable et honteuse à la limite. Comment pouvons-nous rester totalement indifférents, au moment où nos pères, mères, frères et sœurs d’une partie de notre région est plongée dans un drame ? Si je m’en tiens à Maroua, je n’ai jusque-là pas été informé d’une quelconque mobilisation de notre part (descentes sur le terrain, réunions, conférences-débats, plateaux radiophoniques, articles dans les journaux, etc). Quelle est donc notre part de responsabilité quant au devenir de nos sociétés ? Cette période si difficile pour les populations touchées doit-elle rester l’affaire de l’Etat, d’ONG, d’organisations internationales ou d’autres acteurs venus d’ailleurs ? Si telle était notre façon de regarder et de concevoir les choses, je pense que nous ne méritons pas notre place d’intellectuels.

 A mon sens,  un certain nombre d’initiatives, aussi modestes soient-elles, auraient dû être prises. Elles auraient sans doute constitué notre façon à nous de marquer l’histoire, de témoigner notre solidarité  à l’endroit des ces victimes. A quoi servirait la science dont nous sommes les détenteurs, si elle n’avait aucune dimension morale et surtout fonctionnelle, une science sans conscience au sens où l’entendait le philosophe française Gaston Bachelard ?

Pour ma part, je pense qu’il ne se fait pas tard. Vivement qu’un forum de discussions puisse être initié, pour qu’ensemble nous essayions de voir comment contribuer à juguler cette période si difficile. Je compte sur votre bonne compréhension pour développer et approfondir cette idée que je viens de lancer ! Pour ma part, je pense déjà à un projet d’ouvrage sur la question (ses origines lointaines, immédiates, analyse critique des mesures prises, les acteurs impliqués dans la gestion de ces catastrophes et leurs stratégies, les solutions à moyen et à long terme, la question du développement et de l’avenir du Nord-Cameroun à travers cette période de crise, la place du Nord-Cameroun dans la géopolitique du Cameroun analysée sous le prisme de ces inondations, etc) ; à des articles dans les journaux ; à des conférences sur la question ; à des débats radiophoniques animés par les intellectuels, etc….

Cordialement !

François WASSOUNI

Adaptation des éleveurs mbororo aux contraintes écologiques

Adaptation des éleveurs mbororo aux contraintes écologiques, économiques et sociales dans le Nord du Cameroun

par  Natali KOSSOUMNA LIBA’A

                                                

Résumé :  Les éleveurs mbororo du Nord du Cameroun, comme de nombreuses sociétés pastorales, sont en crise. Ils tentent de s’adapter  aux contraintes écologiques, économiques et sociales auxquelles ils sont confrontés. Face aux contraintes écologiques, ils se sédentarisent, mais maintiennent la transhumance et valorisent la fumure organique produite par leurs animaux pour préserver la fertilité des sols. Face aux contraintes sociales, ils s’insèrent dans les réseaux sociaux locaux et  raffermissent des liens intercommunautaires. Face aux contraintes économiques, ils diversifient leurs activités. 

 Abstract: The mbororo stockbreeder’s  of the North of Cameroun adopt various strategies to face the ecological, economic and social crises.  Face to the ecological crises, they maintain transhumance and develop the organic manure produced by to their animals to preserve the soil fertility. Insertion in the local social networks and the hardening of the intercommunity jumps enable them to better adapt to the social crises. Face to the economic crisis, they diversify to their activities.

PlaGéo-Université de Maroua

L’objet de ce carnet, les plateaux géographiques, est de faire connaître les travaux en cours des enseignants-chercheur du département de géographie de l’université de maroua et de débattre des questions portant sur le développement du Nord Cameroun.
Il s’agit aussi de poursuivre sur la toile les débats organisés tous les quinze jours par ledit département dans le cadre des plateaux géographiques.