Archives de catégorie : pédagogie

Formation des Enseignants du Département de géographie en conception, développement et utilisation d’un cours en ligne (CEL) sur Moodle

Du 20 au 24 octobre 2014, les enseignants du Département de Géographie de l’ENS de l’Université de Maroua ont suivi une formation en FOAD. Cette formation a été conduite par Dr Narcisse TALLA  et  Jérôme FOBANE, experts de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Les enseignements ont porté sur les méthodes d’enseignement à distance (FOAD, MOOL) : apprentissage par objectif, apprentissage par résolution de problème (PBL). Les compétences en construction de site web et en conception de cours en ligne ont été capitalisées par les apprenants. Une cérémonie de remise d’attestation de participation a été organisée et présidée par M le Recteur de l’Université de Maroua. La valorisation de ce nouveau savoir faire est déjà effectif au Département de Géographie qui associe désormais les enseignements en ligne et en présentielle pour le Master Recherche en Géographie.

               

 

WANIE Clarkson MVO et KOSSOUMNA LIBA’A Natali Promus

Le collègue WANIE Clarkson MVO a été promu au grade de Chargé de Cours lors de la dernière session annuelle du  comité consultatif universitaire du Cameroun.  Il est appelé à enseigner désormais dans le jeune département de Géographie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Maroua placé sous la direction du Dr Kossoumna Liba’a Natali, un autre membre de PlaGéo.

Séminaire de formation en cartographie et en SIG

La présentation des résultats des travaux de recherche en  Géographie passe par la construction des bases de données. Le département de Géographie a organisé un séminaire de formation à l’utilisation des logiciels de construction des systèmes d’information géographique. Messieurs Gondié et Ganota ont pendant une démi-journée initié les séminaristes aux logiciels de cartographie, géoréférencement, de construction de bases données.

De nouvelles publications des membres de PlaGéo

Les Editions universitaires européennes ont publié les travaux de deux enseignants du département de Géographie de l’Université de Maroua

 1-Natali KOSSOUMNA LIBA’A, Savoirs endogènes et gestion de la fertilité des sols. Analyse à partir des paysans massa, guiziga et foulbé dans l’Extrême-Nord du Cameroun

                                                          Dans le cadre de la préservation des sols, les savoirs endogènes (perception, indicateurs, pratiques) peuvent être mis à contribution pour améliorer    la fertilité. Le livre montre que le paysan à une connaissance fine de l’état de la fertilité de son sol qu’il identifie par des indicateurs (couleur du sol et des  végétaux, présence d’une certaines faune et flore, densité végétale, température ambiante). Il reconnaît que la terre se fatigue et mène des actions pour la restaurer (utilisation de la fumure organique et minérale, jachère, associations et/ou rotation des cultures, nouveaux défrichements, terrasses). Il préfère la fumure organique à la fumure minérale parce qu’elle a des vertus fertilisantes de longue durée, moins chère et localement produite. Il reconnaît l’efficacité des méthodes de fertilisation vulgarisées par les projets, mais la majorité hésite à l’adopter à cause du surplus de travail que sa production engendre, le coût de sa production et le problème de son transport de la maison jusqu’aux champs éloignés.  Le livre est destiné aux acteurs     de développement, aux enseignants chercheurs qui travaillent sur les savoirs endogènes et la fertilité des sols.

 2-Félix WATANG ZIEBA, Dynamique des espaces ruraux au Nord-Cameroun. Muskuwaari, Immigration et mutations spatio-économiques en pays guiziga (Extrême-Nord Cameroun)

 Ce travail qui porte sur les mutations spatio-agricoles en pays guiziga dans l’extrême-nord Cameroun a pour objectif de comprendre la dynamique actuelle de cet espace longtemps qualifié de zone d’émigration. Depuis les années 1990, on y constate le défrichement des derniers espaces inoccupés entre les différents terroirs guiziga par les immigrants originaires du sud de la plaine du Diamaré en quête d’espace de culture du Muskuwaari. Les résultats obtenus grâce à l’analyse des informations recueillies montrent que les mutations agricoles, foncières et territoriales sont en relation avec les mobilités spatiales récentes observées à l’intérieur de la plaine du Diamaré. Les mutations agricoles sont considérables à l’échelle de l’exploitation, d’un terroir d’immigration à un autre.  Quant aux mutations foncières, elles sont visibles à travers la transformation des modes d’accès à la terre et les stratégies mises en place par les acteurs immigrants et autochtones. Par ailleurs, l’échelle régionale permet de voir une construction agricole par les migrants au-delà des limites centenaires des lamidats.

L’audiovisuel est un outil en géographie

L’audiovisuel est un outil en géographie

Ces dernières années, on a noté l’émergence de l’anthropologie visuelle au sein de nos institutions universitaires. Pour la plupart des géographes, l’audiovisuel n’a jamais été considéré comme une démarche en géographie et pourtant il fut déjà utilisé par Jean BRUNHES en 1902 (Chenet et al., 2011). De plus en plus, des laboratoires de recherche utilisent cet outil pour la diffusion de leurs travaux. Ce fut le cas, il y a deux ans de CINE-DIVERS-CITES organisé par le laboratoire MIGRINTER.

 Le cinéma comme démarche de recherche en géographie                                                                                                                                                                                                                                               Par  Marie Chenet, Luisa Simoes et Quentin Laurent

 Extrait de : Marie Chenet, Luisa Simoes et Quentin Laurent, « Pratique et enseignement de l’audiovisuel en géographie », EchoGéo [En ligne], numéro 18 | 2011, mis en ligne le 05 décembre 2011, consulté le 05 octobre 2012. URL : http:// echogeo.revues.org/12734 ; DOI : 10.4000/echogeo.12734

  » Le géographe peut travailler avec l’image animée et le son de deux manières : il peut les analyser ou les produire en vue d’une diffusion.

Un film, qu’il soit tourné par un cinéaste professionnel ou un géographe, peut être visionné et analysé afin de servir de document-source dans un travail de recherche géographique.

Les images animées ont valeur d’archive qu’il s’agisse d’un film monté ou de rushes inutilisés mais souvent très intéressants. Ces documents peuvent alors faire l’objet d’une analyse comme n’importe quelle autre source de données géographiques. Mais ils peuvent également traduire à un moment donné la vision que le réalisateur porte sur un territoire ou un processus. »