Archives de l’auteur : plageo

Au sujet des inondations au Nord Cameroun

Comment pouvons-nous rester totalement indifférents (…) ?

par François WASSOUNI

Bien cher(e)s frères et sœurs du Nord-Cameroun,

Je commencerais mon propos en disant que la situation qui sévit en ce moment au Nord-Cameroun est gravissime : notre région est en train de traverser une des périodes les plus difficiles de son histoire. S’il est une actualité qui a fait et continue à faire la une de l’actualité ces dernières semaines, ce sont bien ces inondations dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. Elles ont condamné des milliers de nos frères et sœurs à l’exil et à la désolation. Destruction des maisons, du cheptel, de l’ensemble des récoltes avec toutes les conséquences que cela suppose, en sont quelques caractéristiques. Face à ce désastre, on a observé des mobilisations de part et d’autre, lesquelles mobilisations amènent à se poser mille et une questions sur la place véritable du Nord sur l’échiquier national. Je ne voudrais pas m’engager dans des analyses qui peuvent donner lieu à des polémiques de toutes sortes.

 Cependant, cette conjoncture m’amène à interpeller les intellectuels du Nord-Cameroun, je pense surtout aux universitaires, en particulier à ceux des universités de Maroua et de Ngaoundéré. Que nous inspire ce contexte ? Rien du tout ? Je pense que l’attitude que nous avons adoptée jusque-là est irresponsable et honteuse à la limite. Comment pouvons-nous rester totalement indifférents, au moment où nos pères, mères, frères et sœurs d’une partie de notre région est plongée dans un drame ? Si je m’en tiens à Maroua, je n’ai jusque-là pas été informé d’une quelconque mobilisation de notre part (descentes sur le terrain, réunions, conférences-débats, plateaux radiophoniques, articles dans les journaux, etc). Quelle est donc notre part de responsabilité quant au devenir de nos sociétés ? Cette période si difficile pour les populations touchées doit-elle rester l’affaire de l’Etat, d’ONG, d’organisations internationales ou d’autres acteurs venus d’ailleurs ? Si telle était notre façon de regarder et de concevoir les choses, je pense que nous ne méritons pas notre place d’intellectuels.

 A mon sens,  un certain nombre d’initiatives, aussi modestes soient-elles, auraient dû être prises. Elles auraient sans doute constitué notre façon à nous de marquer l’histoire, de témoigner notre solidarité  à l’endroit des ces victimes. A quoi servirait la science dont nous sommes les détenteurs, si elle n’avait aucune dimension morale et surtout fonctionnelle, une science sans conscience au sens où l’entendait le philosophe française Gaston Bachelard ?

Pour ma part, je pense qu’il ne se fait pas tard. Vivement qu’un forum de discussions puisse être initié, pour qu’ensemble nous essayions de voir comment contribuer à juguler cette période si difficile. Je compte sur votre bonne compréhension pour développer et approfondir cette idée que je viens de lancer ! Pour ma part, je pense déjà à un projet d’ouvrage sur la question (ses origines lointaines, immédiates, analyse critique des mesures prises, les acteurs impliqués dans la gestion de ces catastrophes et leurs stratégies, les solutions à moyen et à long terme, la question du développement et de l’avenir du Nord-Cameroun à travers cette période de crise, la place du Nord-Cameroun dans la géopolitique du Cameroun analysée sous le prisme de ces inondations, etc) ; à des articles dans les journaux ; à des conférences sur la question ; à des débats radiophoniques animés par les intellectuels, etc….

Cordialement !

François WASSOUNI

Adaptation des éleveurs mbororo aux contraintes écologiques

Adaptation des éleveurs mbororo aux contraintes écologiques, économiques et sociales dans le Nord du Cameroun

par  Natali KOSSOUMNA LIBA’A

                                                

Résumé :  Les éleveurs mbororo du Nord du Cameroun, comme de nombreuses sociétés pastorales, sont en crise. Ils tentent de s’adapter  aux contraintes écologiques, économiques et sociales auxquelles ils sont confrontés. Face aux contraintes écologiques, ils se sédentarisent, mais maintiennent la transhumance et valorisent la fumure organique produite par leurs animaux pour préserver la fertilité des sols. Face aux contraintes sociales, ils s’insèrent dans les réseaux sociaux locaux et  raffermissent des liens intercommunautaires. Face aux contraintes économiques, ils diversifient leurs activités. 

 Abstract: The mbororo stockbreeder’s  of the North of Cameroun adopt various strategies to face the ecological, economic and social crises.  Face to the ecological crises, they maintain transhumance and develop the organic manure produced by to their animals to preserve the soil fertility. Insertion in the local social networks and the hardening of the intercommunity jumps enable them to better adapt to the social crises. Face to the economic crisis, they diversify to their activities.

Dynamique d’un espace géographique autour d’un barrage

Dynamique d’un espace géographique autour d’un barrage : le cas de la Mapé dans le Nord-Cameroun

Par Marie Madeleine MBANMEYH

Résumé  : Le barrage de la Mapé est un réservoir d’eau créé en 1987 par la SONEL( Société Nationale d’Electricité) , privatisée sous AES-SONEL  depuis le années 2000 . Cette retenue d’eau située dans l’Arrondissement de Bankim, zone soudano-sahélienne du Sud-Ouest de la région de l’Adamaoua a pour but comme pour la plupart des réservoirs d’eau construits par la SONEL au Cameroun, de régulariser le débit de la Sanaga en saison d’étiage afin de maintenir stable la production de l’électricité pour la ville industrielle de Douala et ses environs où la demande en énergie électrique ne cesse d’augmenter d’année en année. La mise en place du barrage de la Mapé a provoqué un bouleversement de l’organisation ancienne de la région. Il s’agit pour nous d’examiner ici les mutations environnementales orchestrées dans ce milieu par le barrage. La démarche méthodologique a consisté à recueillir les données à travers l’exploitation des travaux antérieurs, notamment les résultats de l’étude de faisabilité réalisée par la SEDA( Société d’Etude pour le Développement d’Afrique) en 1986 ; les cartes topographiques ; les photographies aériennes ; les documents administratifs. Aussi, nous avons mené les enquêtes , les entrevues avec les populations concernées ; les autorités municipales, sans négliger les observations directes de terrain. Région de contact forêt-savane, l’Arrondissement de Bankim possède une potentialité climatico-hydrologique capable d’entretenir un réservoir d’eau. On note également l’absence d’une étude d’impact environnemental digne du nom avant la réalisation du projet sur un site dont la population a subi un bouleversement profond des effets du barrage. Cependant, une analyse approfondie de la situation socio-économique d’un groupe de déguerpis comme celui du village Bandam permettrait d’appréhender les malaises et les difficultés auxquelles sont encore confrontées les populations plus de vingt ans après leur déguerpissement et « l’indemnisation » de leurs biens.

 

Gestion ressources halieutiques au Lac Tchad

 Enjeux de l’occupation de l’espace et gestion ressources halieutiques dans l’ile de Darak au Lac Tchad

par ABDOURAMAN TOM

Résumé : La pêche constitue une des activités de prélèvement opérées sur la nature. En Afrique subsaharienne et notamment au Cameroun, elle contribue à la survie des gens des fleuves et des lacs en leur apportant un complément alimentaire et des revenus monétaires pour satisfaire leurs besoins. Le lac Tchad dans sa globalité et particulièrement la zone de Darak obéit à cette logique. Cette masse d’eau est bordée de villages peuplés des Haoussa en majorité, des Djoukoun, des Arabe Choas, des Kotoko, et des Massa. Ces groupes de populations pratiquent en exclusivité la pêche, ils ont été rejoints dans cette activité par des groupes allochtones en provenance du Nigeria, du Tchad, du Ghana, du Mali et du Burkina Fasso. Ces nouveaux venus sont des pêcheurs professionnels, et détenteurs d’outils et de techniques performants de pêche dont les produits sont non seulement vendus sur les marchés   locaux, mais aussi exportés au Nigeria et au Tchad voisin. Aujourd’hui la pression démographique exercée sur les ressources halieutiques fait qu’il, existe une altération latente des relations entre autochtones et allogènes sur les lacs d’une part, et d’autre part, des pratiques tendant à réglementer la pratique de pêche pour une exploitation rationnelle des ressources. Chercher à comprendre comment s’organise la gestion des ressources halieutiques dans un contexte de dégradation avancée du milieu, de forte pression démographique et de conflit d’utilisation constitue le problème qu’entend traiter cette communication. Pour traiter ce sujet, nous nous sommes appesanti sur des données empiriques collectées sur la base des enquêtes notamment auprès des exploitants pêcheur, vendeur et commerçant. Ces données sont complétées par celles des rapports d’organismes et des recherches diverses. L’intervention de l’Etat par le service de pêche, parviendra t-elle à réguler la pratique de la pêche de façon durable et au profit de tous ?

Insalubrité dans les quartiers de Maroua

Insalubrité dans les quartiers populeux de Maroua : le cas de Doualaré

par  ELOUNDOU MESSI Paul Basile et BASKA TOUSSIA Daniel Valeri

Résumé : La ville  de Maroua après  son  érection en capitale  provinciale en régionale  a connu  une croissance vertigineuse depuis les années 1980  plus précisément  en  1983 .Cette croissance de la ville  s’est  traduite  sur le  plan  spatial  par  l’ expansion de la  ville que  démographique  par  l’ augmentation du  nombre  de résidents en ville ,mais le nombre d’ équipements en logement n’a pas le rythme .Elle a engendré  la gestion  inégalitaire  des  espaces  urbains ,certains quartiers  étant mieux équipés que les autres. Le  manque ou  l’insuffisance  des équipements socio-collectifs  a entrainé aux résidents de ce quartier  d’adopter les  comportements individualistes qui vont entrainer la non résolution des problèmes que font face ces quartiers mal-lotis .L’étude de cette recherche est de voir  les conditions de vie et les risques sanitaires que posent ce type de quartier en zone sahélienne .Pour ce faire ,nous avons recensé et localisé dans le quartier Doualaré ,l’ensemble des phénomènes qui font problème dans  la zone d’étude .A toutes ces pratiques  inadéquates viennent se greffer les conditions climatiques et environnementales difficiles de la ville qui exacerbent les problèmes déjà évoqués . Le  paysage urbain  est entamé et la santé des populations est évidents : ruelles sales à cause de la mauvaise évacuation des ordures, des eaux usées ,des excrétas et manifestation de plusieurs maladies au desquelles : le choléra la diarrhée, le paludisme et la dysenterie

Abstract :  Maroua has witnessed a high growth since the 1980’s and precisely in 1983 when it was raised to a provincial capital and recently to a regional capital. Spatially this growth took place in the expansion of the town and demographically with the growth of the population, but housing equipments did not witness the same change. This led to an unequal management of urban space with some quarters being well equipped than others.  Insufficient socio collective equipments has led to the resident population to adopt individualistic behaviors which has has blocked the way for a solution to the problems faced by this poorly planned quarter. This study seeks to bring out the living conditions as well as the health risk resulting in such a quarter in the sahelian zone. To attained these, a survey was carried out to identify and loalise the problems in the study area. Added to these poor practices are difficult climatic and environmental conditions intensifying the already mentioned problems.  The urban landscape is affected and the health of the population is evident ; dirty gutters due to poor evacuation of waste, waste water, feaces the manifestation of several diseases like cholera, diarrhea, malaria and dysentery.

Cooperation in rural development in Cameroon

Cooperation in rural development in Cameroon: analysis of some examples in the Far North region 

by MBANGA Lawrence AKEI andEsther SUBINN ETOUKE FANNY

Abstract : The state of Cameroon has since independence placed multilateral and bilateral cooperation for foreign investments at the forefront of her rural development strategies. This was done not only with countries for diplomatic relations but also with some institutions having the rural development of Cameroon at heart. This is the case with the European Union. This study attempts an evaluation of the impact of cooperation in rural development in Cameroon using a case study analysis approach in the Far North region.  A review of existing documentation and reports on cooperation in
Cameroon provided an insight into this study. This was completed by field survey. The result of this study is very revealing. There is an array of institutions operating in the Far North region thanks to cooperation ties with the state of
Cameroon. These institutions have varied rural development policies and strategies centered on participation but all work towards improving the living conditions of the rural dwellers.