Archives de l’auteur : plageo

Contribution de PlaGéo à l’Assemblée générale du CODESRIA

« Créer l’Afrique de demain dans un contexte de transformations mondialisées : enjeux et perspectives »,  Tel est le thème autour duquel les chercheurs en sciences sociales vont discuter à l’initiative du CODESRIA.
Il s’agit bien d’un sujet qui nous concerne. Parmi les grands défis auxquels nous devons faire face au Nord Cameroun, celui des changements environnementaux.
Comment les politiques publiques de développement rural de cette partie du Cameroun s’adaptent-elles à cette nouvelle donne? Vous pouvez lire la contribution de PlaGéo (téléchargez à cette adresse: http://codesria.org/spip.php?article2343&lang=enet ) et faire des critiques pour l’améliorer
Merci

PROMOTION DES MEMBRES DE PLAGEO

L’année 2014 s’est achevée sur une très bonne note pour la petite communauté des géographes de l’Université de Maroua. On a noté plusieurs évènements scientifiques heureux notamment:

-deux soutenances de Doctorat Ph D en géographie par Ganota Boniface et Baska Toussia en novembre dernier;

-une soutenance de HDR par Kossoumna Liba’a Natali;

-la promotion de Kossoumna Liba’a au grade de Maître de conférences et celle d’ Eloundou Messi au grade de Chargé de Cours.

ph70003 ph310001

Bravo à tous ces collègues.

 

Formation des Enseignants du Département de géographie en conception, développement et utilisation d’un cours en ligne (CEL) sur Moodle

Du 20 au 24 octobre 2014, les enseignants du Département de Géographie de l’ENS de l’Université de Maroua ont suivi une formation en FOAD. Cette formation a été conduite par Dr Narcisse TALLA  et  Jérôme FOBANE, experts de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Les enseignements ont porté sur les méthodes d’enseignement à distance (FOAD, MOOL) : apprentissage par objectif, apprentissage par résolution de problème (PBL). Les compétences en construction de site web et en conception de cours en ligne ont été capitalisées par les apprenants. Une cérémonie de remise d’attestation de participation a été organisée et présidée par M le Recteur de l’Université de Maroua. La valorisation de ce nouveau savoir faire est déjà effectif au Département de Géographie qui associe désormais les enseignements en ligne et en présentielle pour le Master Recherche en Géographie.

               

 

Remise de l’ouvrage « crises de la filière coton au Cameroun » par l’auteur au Département de Géographie de l’ENS de Maroua

Le vendredi 11 juillet 2014, KOSSOUMNA LIBA’A Natali a présenté l’ouvrage intitulé Crises de la filière coton au Cameroun aux collègues du Département de Géographie de l’ENS de l’Université de Maroua. Il a offert un exemplaire de ce travail dense et riche audit département. Cet ouvrage servira de repère aux nombreux étudiants et chercheurs qui s’intéressent à la question du coton, principale culture commerciale au Nord Cameroun.

Vient de paraître: Crise de la filière coton au Cameroun par Kossoumna Liba’a Natali

La filière coton camerounaise, comme toutes celles de l’Afrique, a connu des situations d’incertitude et de crises qui perdurent. Ces crises sont liées à des facteurs exogènes (concurrence croissante des fibres synthétiques, cours mondial du coton bas et très fluctuant, parité Dollar/Euro/fcfa très défavorable, hausse du prix du pétrole entraînant une augmentation du prix des engrais) et des facteurs endogènes (dégradation de la fertilité des sols, pratiques agricoles inadéquates, perturbations climatiques, attaques acridiennes et divers facteurs sociaux comme la forte pesanteur du pouvoir traditionnel sur le foncier). Face à de tels facteurs, les paysans sont inégalement « armés » et adoptent diverses stratégies qu’elles sont défensives ou offensives, mais qui épousent leurs perceptions de l’évolution des conditions de production et de commercialisation du coton. Les petites exploitations en situation critiqueont des stratégies essentiellement « défensives » de limitation des risques. Par contre, les paysans en phase de développement et de capitalisationont des stratégies essentiellement « offensives » par la diversification des revenus et l’augmentation de la productivité des facteurs de production. Les producteurs de coton réagissent également collectivement pour assurer la fonction de stabilisation en s’appuyant sur une solidarité mutuelle de groupe pour minimiser le coût social lié aux stratégies individuelles. Les groupements de producteurs de coton mettent en place des stratégies pour limiter les risques de bradage des intrants et d’assainissement des conditions d’accès aux crédits. La Sodécotonet la cnpc-cprennent ensemble des mesures pour faire face à ces crises. Ces mesures pour le moment leur permettent de limiter certains coûts et de continuer à produire et vendre du coton. À long terme, des stratégies efficaces pour la filière coton camerounaise devraient combiner innovations institutionnelles, diversifications et réformes. La mise en œuvre de ces actions pourrait intervenir aussi bien au niveau local, national que régional et bénéficier de l’appui des partenaires au développement et surtout de l’État qui doit clairement prendre position dans les débats plus global sur les filières agricoles.

PlaGéo fait sa rentrée : gestion des ressources naturelles dans les basses terres de l’Extrême-Nord Cameroun

Le vendredi 14 mars, de 15 h à 16h30, messieurs GANOTA Boniface et ABDOURAMAN TOM ont présenté les résultats de leurs travaux  sur la gestion des ressources naturelles dans les basses terres de l’Extrême-Nord Cameroun.

Le premier a travaillé sur la dynamique des formations à Balanites aegyptiaca au Sud de la Région de l’Extrême-Nord Cameroun. Pour Ganota,  cette espèce intervient dans plusieurs domaines de la vie quotidienne des populations. Ses feuilles entrent dans la composition des aliments humains et servent en même temps de fourrage pour le bétail; ses fruits sont utilisés comme aliment et comme source de revenus, son bois est une source d’énergie et permet la fabrication des outils aratoires et d’autres ustensiles divers, ses racines sont utilisées dans la santé et ses branches garnies d’épines servent de haies mortes autour des cultures. En dépit de ces nombreux usages, cette espèce ne bénéficie pour autant pas d’une attention particulière et connaît de fortes pressions anthropiques. En conséquence, les formations à Balanites aegyptiaca se caractérisent globalement par une évolution régressive de l’ordre de 30 à 40 % de leur surface, une diminution de leur densité de 20 à 80%. La démographie galopante et l’augmentation quasi continue des surfaces agricoles expliquent cette évolution régressive. Eu égard aux nombreux services rendus à la population, l’espèce mérite d’être domestiquée . Dans cette optique, une attention particulière devrait lui être accordée par les pouvoirs publics.

Quant à Abdouraman Tom, il a insisté sur l’occupation et la valorisation des terres exondées suite au rétrécissement  du Lac Tchad.

Séminaire de formation en cartographie et en SIG

La présentation des résultats des travaux de recherche en  Géographie passe par la construction des bases de données. Le département de Géographie a organisé un séminaire de formation à l’utilisation des logiciels de construction des systèmes d’information géographique. Messieurs Gondié et Ganota ont pendant une démi-journée initié les séminaristes aux logiciels de cartographie, géoréférencement, de construction de bases données.

Typologie traditionnelle des Karé et diversité de sorgho de contre saison, projet sous financement de la Fondation du Collège de France

La fondation du Collège de France accepte de financer le projet de recherche TYPOLOGIE TRADITIONNELLE DES KARE[1] ET DIVERSITE  DE SORGHO DE CONTRE SAISON  proposé par Félix WATANG ZIEBA. Après avoir suivi un stage organisé par la chaire SAVOIRS CONTRE PAUVRETE du COLLEGE DE FRANCE en mai 2012, ce chercheur devra mener pendant un an des recherches sur les savoirs autochtones. Les résultats doivent être présentés en 2014.


[1] Sols hydromorphes mis en valeur pour la culture de sorgho de contre saison ou muskuwaari

SEMINAIRE : Inégalités face à l’accès aux ressources naturelles

SEMINAIRE : Inégalités face à l’accès aux ressources naturelles et aux terres en zone rurale et périurbaine dans l’Extrême Nord Cameroun

L’Axe 5. Politiques environnementales du PPR-POLMAFF en collaboration avec le département de Géographie de l’ENS –Université de Maroua a organisé un séminaire sur « Les inégalités face à l’accès aux ressources naturelles et aux terres en zone rurale et périurbaine dans l’Extrême Nord Cameroun ».

Deux communications ont été présentées respectivement par Félix WATANG ZIEBA sur La « pression sur les ressources foncières périurbaines  à Maroua (Extrême-Nord Cameroun) » et par Charline RANGE sur  l’ « Evolution des droits sur les ressources et dynamiques des inégalités dans un contexte de front pionnier mouvant et multifonctionnel: les rives camerounaises du Lac Tchad »..

Les débats dirigés par Christine Raimond, Directrice de recherche au CNRS et responsable de l’axe, ont porté sur les facteurs responsables des inégalités dans l’accès aux ressources foncières. 

Pression démographique et compétitions foncières dans les milieux sensibles en zone sahélienne

Présentation des résultats des travaux sur la Pression démographique et les compétitions foncières dans les milieux sensibles sahéliens ( le cas des Monts Mandara, Extrême-Nord Cameroun)

Abel TEWECHE* and Zephania Nji FOGWE**

tewabel@yahoo.fr, nfogwez@yahoo.co.uk

RESUME

  Les régions sahéliennes sont soumises à plusieurs facteurs à l’origine de la pression sur les ressources foncières : sédentarisation des éleveurs dans un milieu très peuplé et à forte densité, introduction des cultures de rente (coton), spéculations sur le maraîchage et les produits vivriers…L’article s’intéresse sur les Monts Mandara pour analyser les tensions sociales qui génèrent les contraintes et la pression sur l’espace rural sous forte anthropisation (diversification des activités agricoles et pastorales).

 La recherche s’appuie sur des enquêtes, entretiens et sondages auprès des populations (agriculteurs, éleveurs et migrants de retour) dans les villages de Mohour, Zamay, Mofou, Magoumaz, Tourou, auprès des Organisations Paysannes (OP), des Organisations Non Gouvernementales (ONG) et dela Sociétépour le Développement du Coton (SODECOTON). Les résultats montrent que l’hostilité du milieu et la pression sur les ressources engendrent des conflits et compétitions entre les agriculteurs, éleveurs et agro-industries. Les conséquences de ces affrontements sont  la destruction des plantations par les éleveurs, la séquestration des bergers par les agriculteurs, conflits sans cesse croissants entre les migrants de retour et les populations, appropriation des meilleures terres pour la culture du coton. Ces affrontements sérieux et récurrents entraînent des conséquences socio-économiques et politiques. Ce travail suggère que soit mis sur pied des instances de négociations impliquant les pouvoirs publics, les chefferies traditionnelles et les acteurs pour une redistribution foncière équitable.

MOTS-CLES : Monts Mandara, Zone sahélienne, Milieux sensibles, Explosion démographique, Compétitions foncières, Redistribution foncière, Territoire.

ABSTRACT

Within the Sahel myriads of resources are coveted for human wellbeing thereby mounting pressure on the scarce land resources marked by a rising sedentary cattle breeding in high population growth and density areas, the advent of the cotton cash crop, speculative market gardening and food crop production. This study therefore targets the Mandara to probe into the social strife spawned between the various land stakeholders of this highly humanized rural Sahelian landscape with varied agro pastoral activities.

This work employs a geographical approach in data collection through samples, survey of land uses, interview of target groups like cultivators and livestock breeders and returnee migrants from Mohour, Zamay, Mofou, Magoumaz, and Tourou villages, farmer associations, non-Governmental Organizations (NGO) and the Cotton Development Corporation (SODECOTON). The results reveal that the hostility and the pressure on the resources of the milieu trigger conflicts and competition between farmers, stock breeders and agro industrial establishments. Thereof, these conflicts egg on the destruction of farmer plantations by the breeders, violence on shepherds by farmers and the acquisition of extensive land by the cotton agro-industry. This study then posits that these indicators having significant socioeconomic and political consequences which oblige a rapprochement between the public powers, the traditional leaders and land stakeholders for more acceptable land redistribution.

 

De nouvelles publications des membres de PlaGéo

Les Editions universitaires européennes ont publié les travaux de deux enseignants du département de Géographie de l’Université de Maroua

 1-Natali KOSSOUMNA LIBA’A, Savoirs endogènes et gestion de la fertilité des sols. Analyse à partir des paysans massa, guiziga et foulbé dans l’Extrême-Nord du Cameroun

                                                          Dans le cadre de la préservation des sols, les savoirs endogènes (perception, indicateurs, pratiques) peuvent être mis à contribution pour améliorer    la fertilité. Le livre montre que le paysan à une connaissance fine de l’état de la fertilité de son sol qu’il identifie par des indicateurs (couleur du sol et des  végétaux, présence d’une certaines faune et flore, densité végétale, température ambiante). Il reconnaît que la terre se fatigue et mène des actions pour la restaurer (utilisation de la fumure organique et minérale, jachère, associations et/ou rotation des cultures, nouveaux défrichements, terrasses). Il préfère la fumure organique à la fumure minérale parce qu’elle a des vertus fertilisantes de longue durée, moins chère et localement produite. Il reconnaît l’efficacité des méthodes de fertilisation vulgarisées par les projets, mais la majorité hésite à l’adopter à cause du surplus de travail que sa production engendre, le coût de sa production et le problème de son transport de la maison jusqu’aux champs éloignés.  Le livre est destiné aux acteurs     de développement, aux enseignants chercheurs qui travaillent sur les savoirs endogènes et la fertilité des sols.

 2-Félix WATANG ZIEBA, Dynamique des espaces ruraux au Nord-Cameroun. Muskuwaari, Immigration et mutations spatio-économiques en pays guiziga (Extrême-Nord Cameroun)

 Ce travail qui porte sur les mutations spatio-agricoles en pays guiziga dans l’extrême-nord Cameroun a pour objectif de comprendre la dynamique actuelle de cet espace longtemps qualifié de zone d’émigration. Depuis les années 1990, on y constate le défrichement des derniers espaces inoccupés entre les différents terroirs guiziga par les immigrants originaires du sud de la plaine du Diamaré en quête d’espace de culture du Muskuwaari. Les résultats obtenus grâce à l’analyse des informations recueillies montrent que les mutations agricoles, foncières et territoriales sont en relation avec les mobilités spatiales récentes observées à l’intérieur de la plaine du Diamaré. Les mutations agricoles sont considérables à l’échelle de l’exploitation, d’un terroir d’immigration à un autre.  Quant aux mutations foncières, elles sont visibles à travers la transformation des modes d’accès à la terre et les stratégies mises en place par les acteurs immigrants et autochtones. Par ailleurs, l’échelle régionale permet de voir une construction agricole par les migrants au-delà des limites centenaires des lamidats.

Les inondations au Nord- Cameroun : «La part du réchauffement climatique est grande »

Les  inondations au Nord- Cameroun : «La part du réchauffement climatique est grande »

LE SEPTENTRION INFOS N ° 3 9 DU MARDI 4 SEPTEMBRE 2012

  Interview de  DR. NATALI KOSSOUMNA LIBA’A. Chargé de cours au département de Géographie de l’université de Maroua

                    La diffusion de cette interview a reçu l’autorisation de l’auteur qui est membre de PlaGéo

LE SEPTENTRION INFOS : Comment peut-on qualifier la situation que vivent les régions du Nord et de l’Extrême-Nord ?

KOSSOUMNA LIBA’A: Je voudrais tout d’abord, pour relativiser l’ampleur des pluies qui tombent actuellement sur l’Extrême-Nord et le Nord, rappeler que nous sommes bien en août et que c’est pendant ce mois qu’il y a un pic dans la pluviométrie. Je voudrais également rappeler que sur de nombreuses années, il tombe sensiblement la même quantité de pluie au cours de l’année, mais mal répartie dans le temps (entre les jours et les mois).

Dans la plupart des cas, la saison des pluies ne dépasse pas trois mois et les précipitations sont irrégulières d’une année sur l’autre. C’est connu.

Ceci dit, nous assistons, depuis la fin du mois de juillet et tout le mois d’août, à de fortes précipitations. C’est une situation paradoxale pour des régions qui sont réputées plutôt en déficit pluviométrique chaque année. Ces situations inhabituelles résultent des perturbations climatiques perceptibles sur toute la planète. Il faudra désormais s’y habituer, car notre pays n’est pas épargné. Les effets de la dégradation de l’environnement au Japon ou aux États-Unis peuvent se répercuter facilement au Cameroun.

 L’utilisation des combustibles fossiles, comme le charbon ou le pétrole pour l’électricité, ainsi que par les industries et les véhicules, les pratiques agricoles et pastorales dégradantes, les incendies des forêts sont certaines causes de ces évolutions qui causent aujourd’hui des pluies diluviennes et des inondations.

LE SEPTENTRION INFOS :Quelles en sont les explications scientifiques puisque l’on situe pareil quasi-catastrophe il y a plus de 20 ans ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Aujourd’hui, on met tout sur le changement climatique, mais souvent c’est très facile à dire qu’à expliquer. Le changement climatique est en effet une perturbation mesurable (précipitations, température, rayonnement, vent, nébulosité) et durable du système climatique, qui s’écarte nettement des conditions moyennes antérieures et provoque des changements correspondants dans les écosystèmes et l’activité socio-économique.

 Dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord, comme d’ailleurs dans toute la zone soudano-sahélienne, ces perturbations de manière générale sont ressenties de plusieurs manières : la température moyenne de surface a augmenté de 3 à 4°celsus en Afrique, 1,5 fois plus que la moyenne mondiale : il fait de plus en plus chaud ; nous assistons à des perturbations au niveau thermiques parce que les périodes de froid sont souvent décalées ou se prolongent anormalement : souvent le froid et le brouillard commencent en février au lieu de décembre. Dans le même sillage, les pluies sont incertaines et mal reparties : débuts tardifs ou précoces, trous pluviométriques, abondances ou insuffisances, fin de saison tardif ou précoce ; ce qui perturbe le cycle des cultures. Des fois, nous assistons à l’augmentation des précipitations causant des inondations comme c’est le cas cette année et des poches de sécheresses inexpliquées.

 Avec les données disponibles, il est possible d’isoler les périodes d’anomalies pluviométriques (périodes fortement pluvieuses ou de sécheresse). Quatre périodes de très grandes sécheresses du siècle dernier se sont connues : 1909-1913 ; 1940-1944 ; 1969-1973 ; 1983-1985.

Les hypothèses explicatives font intervenir des facteurs externes ou planétaires. Plusieurs échelles d’influence sont envisagées : l’échelle globale (par la circulation générale atmosphérique), régionale (les facteurs importants sont alors les variations de l’atmosphère et des océans proches du Sahel comme l’Atlantique), ou locale, tel que le mécanisme de rétroaction, qui suppose que l’augmentation de l’albédo à la frontière du Sahara et du Sahel diminue les pluies sur le Sahel, ce qui contribue à augmenter l’albédo, et génère un mécanisme de rétroaction positive en faveur de la sécheresse.

 Nous constatons également depuis une vingtaine d’années, comme vous le dites à une période qu’on peut qualifier « d’humide » qui précède la période « sèche » des années 80. Il est donc très probable que l’intensité des précipitations augmentera presque partout, mais surtout dans les régions tropicales et les latitudes les plus élevés.

 Les pluies extrêmes augmentent en comparaison avec la précipitation moyenne. Pour être simple pour vos lecteurs nombreux et diversifié, cette situation s’explique de façon logique : par la compilation des gaz à effet de serre, la température sur terre a augmenté de 0,7° celsius déjà pendant le siècle dernier.

Par 1° celsius d’augmentation il y a 3% d’évaporation et d’évapotranspiration des plantes en plus. Toute cette vapeur se condense quelque part, et à coté du fait qu’il pleuve plus fort, cette vapeur condensant amène plus d’énergie dans l’air. De là qu’en général les pluies intenses sont accompagnées de plus de vents. Le nombre de tempêtes et cyclones augmentent. Nous serons confrontés à plus d’inondations et de dégâts par les tempêtes.

 LE SEPTENTRION INFOS :À quel degré situez-vous les risques actuels ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Les risques actuels se situent à l’échelle de l’augmentation du niveau des cours d’eau, des lacs et barrages, des glissements de terrain, des coulées de boue, des submersions des terres agricoles et pastorales, des destructions des digues… Ces phénomènes météo-climatiques ont également des risques à long terme. En plus de la dégradation de la biodiversité, nous pourront assister à des perturbations de certaines activités vitales comme l’agriculture, l’élevage, la pêche…

 LE SEPTENTRION INFOS :Est-ce un phénomène propre aux régions sahéliennes, certaines villes du Sénégal connaissent la même situation ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: C’est vrai que les régions sahéliennes avec les pays comme le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun, le Mali, le Burkina et le Sénégal sont durement frappés, mais les zones côtières ne sont pas épargnées. Douala a constamment « les pieds dans l’eau », par exemple. En fait les zones sahéliennes ressentent plus le phénomène parce que les sols, durement éprouvés par la longue sécheresse annuelle et les retards des pluies se retrouvent brutalement envahit par l’eau de manière soutenu et durable.

 LE SEPTENTRION INFOS :Pourquoi l’Adamaoua est-elle exempte du phénomène ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: L’Adamaoua est sur un plateau parsemé de nombreuses collines et montagnes. Les eaux qui y coulent se déversent vers d’autres régions. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on qualifie cette région de « château d’eau du Cameroun » et même de la sous-région.

 LE SEPTENTRION INFOS :Peut-on parler simplement de réchauffement climatique ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: C’est vrai que de manière structurelle, la part du réchauffement climatique est grande, mais l’homme, de par ses activités peut être également à l’origine de l’aggravation des risques. Certains gros ouvrages comme les barrages, les digues de retenu d’eau peuvent contribuer à cette situation. Il en est de même pour de nombreux villages qui s’installent sur les lits majeurs des cours d’eau ou qui y mènent des activités agricoles, contribuant à perturber l’écoulement normal des eaux ou carrément à le détourner.

LE SEPTENTRION INFOS : Quelles sont les solutions immédiates à apporter à cotés des sacs de riz, de sel et de savon qu’apporte le gouvernement aux sinistrés ?

 KOSSOUMNA LIBA’A: Le gouvernement joue toujours son rôle de sapeur pompier, mais il faut des solutions concrètes et durables. Il s’agit d’un problème d’aménagement et de gestion des eaux et de l’espace qu’il est impératif de résoudre à long terme. Mais pour le moment, en dehors des commissions ad hoc que l’État met souvent en place pour aider les sinistrés, sur le plan législatif et institutionnel, aucune institution ni service de l’administration n’est chargé actuellement au Cameroun de la gestion des problèmes particuliers des crues.

Même si plusieurs départements ministériels ont en charge la gestion des questions relatives à la conservation du milieu naturel et des ressources en eau en particulier, une approche globale des questions relatives aux ressources en eau en vue d’une gestion durable n’est pas pour le moment visible sur le terrain en termes de résultats et d’efficacité. Un secrétariat permanent à la gestion des catastrophes naturelles a même été créé, mais son rôle ne devrait pas s’arrêter à organiser des interventions en cas de catastrophes.

La présence de l’Université de Maroua dans la région est également une aubaine pour les différents départements ministériels en charge de la gestion de ces problèmes. Ils peuvent proposer des sujets de recherche pour les étudiants de l’Ens (Ecole normale supérieure, Ndlr), mais surtout de l’Iss (Institut supérieur du Sahel) qui a en son sein un département qui forme des ingénieurs sur les questions de l’eau. Parce que toute intervention, qu’elle qu’en soit l’échelle, devrait être précédée d’une étude d’impact et reposer sur une bonne connaissance des mécanismes qui sous-tendent le fonctionnement normal du milieu, des interrelations entre les phénomènes naturels, et entre diverses communautés aux intérêts divergents et souvent contradictoires.

 Propos recueillis par Paul-Joel Kamtchang (LE SEPTENTRION INFOS N ° 3 9 DU MARDI 4 SEPTEMBRE 2012)

 

 

Colloque international sur les migrations internationales à Dschang

*  *  *

Publié le lundi 08 octobre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Les migrations font débat dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Annonce

Argumentaire

A la suite du Séminaire-atelier international tenu à Dschang les 4-5-6 janvier 2012 et intitulé « Migrations internationales et développement local : quelles synergies ? », l’Université de Dschang en partenariat avec l’Université de Poitiers et le laboratoire de recherche MIGRINTER annonce l’organisation d’un colloque scientifique international prévu à l’Université de Dschang au Cameroun aux dates de 6-7-8 novembre 2013.  Ce colloque s’articulera autour de la thématique suivante : Comment questionner les liens Migrations et Développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

En effet, les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes.

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Enfin, le quatrième axe intitulé « Les acteurs intermédiaires des transformations sociales et spatiales » a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc…) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

En appui à ces quatre axes qui occuperont les deux premières journées du colloque, la troisième journée sera consacrée à une excursion sur le terrain afin de prendre la mesure des réalités théoriques dont il aura été question lors de nos travaux. La visite des cases patrimoniales dans le sillage du parcours de la route des chefferies proposé par le programme éponyme permettra ainsi de clôturer le colloque.

Conditions de contribution

Les propositions de communication (de 3000 à 5000 signes environ) doivent être envoyées à l’adresse suivante : mimdel.colloque2013@yahoo.fr

avant le 29 décembre 2012 

Les notifications d’acceptation seront communiquées aux personnes sélectionnées le 15 janvier 2013.

Les textes définitifs seront attendus pour le 30 juillet 2013.

Les communications sélectionnées par le comité scientifique feront l’objet d’une publication des actes du colloque.

Comité scientifique

en cours de constitution

Responsables scientifiques :

  • Pierre Kamdem, Enseignant-chercheur, Université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, Enseignant-chercheur, Université de Poitiers

Organisateurs :

  • Université de Dschang, Cameroun
  • Université de Poitiers, France
  • Laboratoire MIGRINTER UMR-CNRS-7301

Lieux

  • Université de Dschang
    Chang, Cameroun

Dates

  • samedi 29 décembre 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Afrique de l’Ouest, Afrique centrale, migrations internationales, développement, urgence, politiques migratoires, transferts financiers, changement social

Contacts

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr
  • Nathalie Kotlok
    courriel : nathalie [dot] kotlok [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l’information

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr