Archives de l’auteur : Félix Watang

Notre point de vue sur SCIDEV.NET

Dans le cadre de la diffusion du touttout premier atlas sur les migrations rurales en Afrique subsaharienne  par le journal SCIDEV.NET, nous avons été interviewé en tant que spécialiste de la question migratoire. Retrouvez l’article sur http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/migrations/actualites/afrique-atlas-migrations.html

Parution d’un ouvrage collectif

Les géographes de l’Université de Maroua sous la direction de Félix WATANG ZIEBA, KOSSOUMNA LIBA’A Natali et GONNE Bernard (EDs) viennent de commettre un ouvrage intitulé « PRESSION SUR LES TERRITOIRES ET LES RESSOURCES NATURELLES AU NORD CAMEROUN » publié aux Editions CLE Cameroun. L’ouvrage est disponible dans les boutiques CLE au prix de 23800 FCFA.

vient-de-paraitre

JOURNEE SCIENTIFIQUE : Analyse interdisciplinaire de la résilience des agrosystèmes du bassin du Lac Tchad

En collaboration avec la JEUNE EQUIPE AIRD TABITAL de l’Université de Maroua, nous organisons une journée scientifique le 30 septembre 2016 sur le campus de l’Université de Maroua (Extrême-Nord Cameroun)

Contexte: La complexité des problèmes  répertoriés dans le bassin du Lac Tchad rend nécessaire la contribution de différentes disciplines, pour analyser et comprendre l’interaction de tous les facteurs impactant la dynamique des agrosystèmes. Ces facteurs incluent les politiques publiques, les dynamiques sociales, l’évolution des systèmes de culture et la dynamique de l’agro biodiversité. Léquipe propose une démarche interdisciplinaire qui permettra une analyse globale et intégrée de la résilience des agrosystèmes étudiés.

L’approche méthodologique se base sur la co-construction entre disciplines scientifiques de projets de recherche autour de la question fédératrice suivante: « Comment définir, diagnostiquer, mesurer et prédire la résilience des agrosystèmes dans le bassin du Lac Tchad? ». La démarche inclue en amont le choix d’un terrain d’étude commun (dans la partie septentrionale du Cameroun) et la mise en cohérence de méthodes de recherche sur ce terrain. En aval, elle met l’accent sur l’intégration des résultats issus des différentes disciplines, en prenant en compte le court terme et le long terme.

Parvenu à mi-chemin du projet, l’objectif de cette journée d’animation est d’évaluer l’avancée des travaux de l’équipe et réajuster si nécessaire sa structuration. Il s’agira spécifiquement de présenter l’état d’avancement des travaux, mettant en valeur les résultats déjà obtenus et leur intérêt (sur le plan scientifique et en termes de retombées pratiques)

Spécifiquement il s’agit d’entretenir l’audience sur:

la perception paysanne des changements sociaux et environnementaux actuels, et analyser les stratégies de réponse des communautés paysannes aux défis liés à ces changements ;

l’impact des interactions entre politiques publiques et modes de gestion des ressources sur la durabilité des agrosystèmes ;

la dynamique de la diversité génétique et l’adaptation des plantes cultivées (notamment du sorgho) en réponse aux changements climatiques, et en lien avec la structuration des réseaux sociaux paysans ;

les technologies traditionnelles de transformation de céréales locales (en particulier le sorgho), et évaluer leur potentiel de valorisation pour la sécurité et la sureté alimentaire des populations rurales et urbaines.

Dans ce contexte le thématiques à aborder dans ce livre seront autour de l’impact des interactions entre politiques publiques, dynamiques sociales et agrobiodiversité»

PROGRAMME PRÉVISIONNEL DE LA JOURNÉE

Horaire Activité Modérateur
8h30-8h45 Accueil, Mots de bienvenue

Présentation des objectifs de l’animation et organisation de la journée

DJOULDE
8h45- 9h15 Rappel du programme global de l’équipe et des résultats attendus WATANG/ Mr ABOUBAKAR
SESSION IINFLUENCE DES SAVOIRS LOCAUX ET METHODES ENDOGENES SUR LE RESILIENCE DES AGROSYSTEMES AUTOUR DU BASSIN DU LAC TCHAD
9h15 – 10h30 Trois exposés autour de la thématique : Perception paysanne des changements sociaux et environnementaux actuels, et stratégies de réponse des communautés paysannes aux défis liés à ces changements  (Yacouba, Djoulde, Mouazamou, Babette ?, Arabo ? Gally) WATANG
10h30 – 11h00                    PAUSE-CAFÉ
SESSION II : ANALYSE DIAGNOSTIQUE ET PREDICTION DE L’EVOLUTION DES AGROSYSTEMES AUTOUR DU BASSIN DU LAC TCHAD 
11h-00 11h30 Deux exposés autour du thème : impact des interactions entre politiques publiques et modes de gestion des ressources sur la durabilité des agrosystèmes (Aboubakar, Watang) DJOULDE
11h30-12h30 Discussions ABOUBAKAR
12h30-14h00PAUSE-DÉJEUNER
SESSION III : DEVELOPPEMENT D’INDICATEURS, MESURE DE LA RESILIENCE ET INFERENCE DE SCENARIOS DE RESILIENCE POUR LA DURABILITE DES AGROSYSTEMES DU BASSIN DU LAC TCHAD.
14h00 –15h00 Deux exposés sur le  développement des scénarios en prenant en compte l’organisation sociale et les réseaux d’échanges paysans, comme un support à la diffusion de l’innovation paysanne (DjouldeWatang, Yacouba) ABDUL NASSER
15h00-15h15PAUSE-CAFÉ
15h15-16h45 Discussions activités de cette année WATANG/ABOUBAKAR
16h45-17h00 Clôture et mot de fin DJOULDE

PARTICIPATION DE PlaGéo AU JCEA 2016 A PARIS DU 14 AU 16 JANVIER 2016

PlaGéo a participé au congrès des jeunes chercheurs en études africaines qui s’est tenu à Paris du 14 au  16 janvier 2016. Félix WATANG ZIEBA et Boniface GANOTA ont présenté leurs travaux durant ce congrès.

Félix WATANG ZIEBA a fait une première communication sur les migrants-circulants tchadiens au Nord Cameroun (Panel 1. Mobilités et migrations)COMMUNICATION_IMMIGRATION-TCHADIENNE-AU-NORD-CAMEROUN et une deuxième en collaboration avec Chloé VIOLON, ethnologue (Université Paris Ouest Nanterre, LESC (UMR 7186) portant sur l’évolution des pratiques foncières chez les Tupiri au Nord Cameroun : entre conflits et fonciers intrafamiliaux et expansion territoriale (Panel 8 : Gestion foncière : mode d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains 1).

Boniface GANOTA quant à lui a présenté ses travaux portant sur l’évolution des forêts sacrées sous l’effet des pressions humaines et de la variabilité climatique au sud-est de la région de l’Extrême-Nord Cameroun (Panel 9 : Sociétés et environnement).

Appel à contribution: « Insécurité et recomposition des territoires au Nord-Cameroun »

Université de Maroua

Ecole normale supérieure

Département de Géographie

Projet de recherche du département pour le compte de l’année académique 2014-2015

 Thème : « Insécurité et recomposition des territoires au Nord-Cameroun »

Depuis quelques années, les régions septentrionales, surtout celles de l’Extrême-Nord et du Nord, connaissent des bouleversements socio-territoriaux liés au phénomène de l’insécurité. Cette insécurité se manifeste par les exactions orchestrées par les phénomènes de « coupeurs de route », de prises d’otages (Saibou Issa, 2010), de braquages divers et surtout de nos jours par l’incursion et les menaces provoquées par des groupes terroristes à l’instar de Boko Haram. Cette situation a conduit à des bouleversements importants qui ont à leur tour, affecté les territoires compris au sens géographique du terme, c’est-à-dire, un espace socialisé, approprié et contrôlé.

Il est donc question de chercher à comprendre la contribution de ces phénomènes dans la dynamique de ces territoires. A cet effet, il importe en d’autres termes de procéder à l’évaluation des mutations, des changements territoriaux survenus suite à ces phénomènes d’insécurité que ces régions septentrionales ont connu et connaissent encore. Le territoire est un produit de l’histoire de la société. Les formes et les structures spatiales sont historiques et en constante transformation/mutation qui s’expliquent par des phénomènes variés. Dans ce cas spécifique, il s’agit bien de voir comment ce produit de l’histoire des sociétés connait de chamboulements qui peuvent être liés à l’insécurité.

De façon spécifique, il s’agit à partir des données collectées des sources primaires, secondaires et complémentaires de :

–          Cartographier les territoires d’insécurité des régions étudiées ;

–          Evaluer la recomposition démographique des territoires ;

–          Approfondir la caractérisation des changements observés dans les territoires économiques, sociaux et culturels de ces régions ;

–          Evaluer les impacts environnementaux de l’insécurité observés dans les territoires;

–          Analyser les bouleversements observés sur les systèmes de production dans les territoires ;

–           Evaluer le degré de territorialité, le sentiment d’appartenance au territoire des populations

Ces objectifs opératoires peuvent ainsi s’organiser au tour de trois axes principaux, l’un contribuant mutuellement à comprendre les autres :

 

Axe 1 : Cartographie des territoires d’insécurité au Nord-Cameroun

Axe 2 : Caractérisation des changements territoriaux à l’épreuve de l’insécurité

Axe 3 : Impacts territoriaux de l’insécurité au Nord-Cameroun

 Contact:

Pr GONNE Bernard, Maître de Conférences ; gonnebernard@gmail.com  Dr WATANG ZIEBA Félix, Chargé de Cours ; watangfelix@gmail.com

WANIE Clarkson MVO et KOSSOUMNA LIBA’A Natali Promus

Le collègue WANIE Clarkson MVO a été promu au grade de Chargé de Cours lors de la dernière session annuelle du  comité consultatif universitaire du Cameroun.  Il est appelé à enseigner désormais dans le jeune département de Géographie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Maroua placé sous la direction du Dr Kossoumna Liba’a Natali, un autre membre de PlaGéo.

PROCHAINE PARUTION D’UN OUVRAGE COLLECTIF: « Pressions sur les territoires et les ressources naturelles au Nord-Cameroun: Enjeux environnementaux et sanitaires »

 « Pressions sur les territoires et les ressources naturelles au Nord-Cameroun: Enjeux environnementaux et sanitaires »; il s’agit du titre de l’ouvrage collectif  en cours d’élaboration par le Département de Géographie de l’ENS de l’Université de Maroua. L’ouvrage est cordonné par Félix WATANG ZIEBA et Natali KOSSOUMNA LIBA’A.
Il est composé de deux parties. La première partie s’intitule « Territoire, Environnement et Développement durable » et la deuxième partie « Environnement et santé humaine ».
Pour toute autre information contacter nous à l’adresse watangf@yahoo.fr

L’audiovisuel est un outil en géographie

L’audiovisuel est un outil en géographie

Ces dernières années, on a noté l’émergence de l’anthropologie visuelle au sein de nos institutions universitaires. Pour la plupart des géographes, l’audiovisuel n’a jamais été considéré comme une démarche en géographie et pourtant il fut déjà utilisé par Jean BRUNHES en 1902 (Chenet et al., 2011). De plus en plus, des laboratoires de recherche utilisent cet outil pour la diffusion de leurs travaux. Ce fut le cas, il y a deux ans de CINE-DIVERS-CITES organisé par le laboratoire MIGRINTER.

 Le cinéma comme démarche de recherche en géographie                                                                                                                                                                                                                                               Par  Marie Chenet, Luisa Simoes et Quentin Laurent

 Extrait de : Marie Chenet, Luisa Simoes et Quentin Laurent, « Pratique et enseignement de l’audiovisuel en géographie », EchoGéo [En ligne], numéro 18 | 2011, mis en ligne le 05 décembre 2011, consulté le 05 octobre 2012. URL : http:// echogeo.revues.org/12734 ; DOI : 10.4000/echogeo.12734

  » Le géographe peut travailler avec l’image animée et le son de deux manières : il peut les analyser ou les produire en vue d’une diffusion.

Un film, qu’il soit tourné par un cinéaste professionnel ou un géographe, peut être visionné et analysé afin de servir de document-source dans un travail de recherche géographique.

Les images animées ont valeur d’archive qu’il s’agisse d’un film monté ou de rushes inutilisés mais souvent très intéressants. Ces documents peuvent alors faire l’objet d’une analyse comme n’importe quelle autre source de données géographiques. Mais ils peuvent également traduire à un moment donné la vision que le réalisateur porte sur un territoire ou un processus. »

 

« Élaboration d’un document de production scientifique »

Un séminaire pédagogique du Département sera organisé du 22 au 23 octobre 2012 avec pour thème : « Élaboration d’un document de production scientifique ».

NB : Les drafts des orateurs doivent parvenir au secrétariat du séminaire le vendredi 12 octobre 2012 au plus tard au courriel suivant : baskatoussia@yahoo.fr

PlaGéo-Université de Maroua

L’objet de ce carnet, les plateaux géographiques, est de faire connaître les travaux en cours des enseignants-chercheur du département de géographie de l’université de maroua et de débattre des questions portant sur le développement du Nord Cameroun.
Il s’agit aussi de poursuivre sur la toile les débats organisés tous les quinze jours par ledit département dans le cadre des plateaux géographiques.

Accès à l’eau en milieu sahélien camerounais

Territoires agropastoraux et accès à l’eau en milieu sahélien camerounais

par Félix WATANG ZIEBA et Boniface GANOTA

Résumé   : La cohabitation entre éleveurs et agriculteurs en zone soudano-sahélienne n’est pas sans conflits. Au-delà de ceux relatifs à la gestion des espaces de labour et de parcours à bétail, le problème d’accès à l’eau constitue un autre obstacle à l’harmonie entre les deux communautés. La rareté des points d’eau en saison sèche rend la situation plus complexe. Le problème qui se pose est celui de la définition des règles qui régissent la gestion de l’eau par les éleveurs immigrés et autochtones et agriculteurs pratiquant des cultures de contre saison. L’objet de cette étude qui s’appuie sur les recherches documentaires, les enquêtes de terrain et les levés des points d’eau est de montrer comment les éleveurs et les agriculteurs s’organisent pour la gestion de l’eau dans leurs communautés respectives et d’analyser les difficultés qui sont inhérentes à la gestion des points d’eau. Les résultats montrent que, dans la zone soudano-sahélienne, la gestion des points d’eau en période sèche obéit à un certain nombre de règles définies par les communautés d’éleveurs et d’agriculteurs. Mais ces règles de gestion ne sont pas toujours présentes dans toutes les communautés, d’où la naissance  des conflits récurrents en matière d’accès à l’eau. Cette question mérite une attention particulière pour une gestion durable des points d’eau en milieu éleveurs et agriculteurs et une harmonie entre ces acteurs.

Abstract  : The cohabitation between rearers and farmers in the sudano-sahelian zone is not void of problems. Added to those related to the management of cultivated space and cattle routes, is the problem of access to water which constitute another obstacle of harmony between these communities. The scarcity of water points in the dry season renders the situation more complex. The problems which exist is that of defining the rules regulating the management of water by migrant and local rearers as well as farmers carrying out dry season cultivation. The objective of this study which is supported by documentary research, field survey and water points tracking is to show how rearers and farmers organizes themselves for the management of water in their respective communities and also to analyze the difficulties inherent to this water management. The results show that, in the sudano-sahelian zone, the management of water points in the dry season respects a certain number of rules defined by the rearers and farmers communities. But these rules are not present in every community, thus the result of recurrent conflicts in matters of access to water. This question merits a particular attention for the sustainable management of water points in the rearing and farming milieu and harmony between the actors.

Vous pouvez consulté l’article en ligne : http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PORTAILS/PAYS/TCHAD/PDF/Actes%20du%20colloque_pasto_%20Tchad.pdf