Vient de paraître: Crise de la filière coton au Cameroun par Kossoumna Liba’a Natali

La filière coton camerounaise, comme toutes celles de l’Afrique, a connu des situations d’incertitude et de crises qui perdurent. Ces crises sont liées à des facteurs exogènes (concurrence croissante des fibres synthétiques, cours mondial du coton bas et très fluctuant, parité Dollar/Euro/fcfa très défavorable, hausse du prix du pétrole entraînant une augmentation du prix des engrais) et des facteurs endogènes (dégradation de la fertilité des sols, pratiques agricoles inadéquates, perturbations climatiques, attaques acridiennes et divers facteurs sociaux comme la forte pesanteur du pouvoir traditionnel sur le foncier). Face à de tels facteurs, les paysans sont inégalement « armés » et adoptent diverses stratégies qu’elles sont défensives ou offensives, mais qui épousent leurs perceptions de l’évolution des conditions de production et de commercialisation du coton. Les petites exploitations en situation critiqueont des stratégies essentiellement « défensives » de limitation des risques. Par contre, les paysans en phase de développement et de capitalisationont des stratégies essentiellement « offensives » par la diversification des revenus et l’augmentation de la productivité des facteurs de production. Les producteurs de coton réagissent également collectivement pour assurer la fonction de stabilisation en s’appuyant sur une solidarité mutuelle de groupe pour minimiser le coût social lié aux stratégies individuelles. Les groupements de producteurs de coton mettent en place des stratégies pour limiter les risques de bradage des intrants et d’assainissement des conditions d’accès aux crédits. La Sodécotonet la cnpc-cprennent ensemble des mesures pour faire face à ces crises. Ces mesures pour le moment leur permettent de limiter certains coûts et de continuer à produire et vendre du coton. À long terme, des stratégies efficaces pour la filière coton camerounaise devraient combiner innovations institutionnelles, diversifications et réformes. La mise en œuvre de ces actions pourrait intervenir aussi bien au niveau local, national que régional et bénéficier de l’appui des partenaires au développement et surtout de l’État qui doit clairement prendre position dans les débats plus global sur les filières agricoles.


Une réflexion au sujet de « Vient de paraître: Crise de la filière coton au Cameroun par Kossoumna Liba’a Natali »

  1. MAKEM

    Bonjour Dr Kossoumna j’aimerai savoir comment faut-il procéder pour entrer en possession de votre ouvrage et y a-t-il un prix étudiant?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *