De nouvelles publications des membres de PlaGéo

Les Editions universitaires européennes ont publié les travaux de deux enseignants du département de Géographie de l’Université de Maroua

 1-Natali KOSSOUMNA LIBA’A, Savoirs endogènes et gestion de la fertilité des sols. Analyse à partir des paysans massa, guiziga et foulbé dans l’Extrême-Nord du Cameroun

                                                          Dans le cadre de la préservation des sols, les savoirs endogènes (perception, indicateurs, pratiques) peuvent être mis à contribution pour améliorer    la fertilité. Le livre montre que le paysan à une connaissance fine de l’état de la fertilité de son sol qu’il identifie par des indicateurs (couleur du sol et des  végétaux, présence d’une certaines faune et flore, densité végétale, température ambiante). Il reconnaît que la terre se fatigue et mène des actions pour la restaurer (utilisation de la fumure organique et minérale, jachère, associations et/ou rotation des cultures, nouveaux défrichements, terrasses). Il préfère la fumure organique à la fumure minérale parce qu’elle a des vertus fertilisantes de longue durée, moins chère et localement produite. Il reconnaît l’efficacité des méthodes de fertilisation vulgarisées par les projets, mais la majorité hésite à l’adopter à cause du surplus de travail que sa production engendre, le coût de sa production et le problème de son transport de la maison jusqu’aux champs éloignés.  Le livre est destiné aux acteurs     de développement, aux enseignants chercheurs qui travaillent sur les savoirs endogènes et la fertilité des sols.

 2-Félix WATANG ZIEBA, Dynamique des espaces ruraux au Nord-Cameroun. Muskuwaari, Immigration et mutations spatio-économiques en pays guiziga (Extrême-Nord Cameroun)

 Ce travail qui porte sur les mutations spatio-agricoles en pays guiziga dans l’extrême-nord Cameroun a pour objectif de comprendre la dynamique actuelle de cet espace longtemps qualifié de zone d’émigration. Depuis les années 1990, on y constate le défrichement des derniers espaces inoccupés entre les différents terroirs guiziga par les immigrants originaires du sud de la plaine du Diamaré en quête d’espace de culture du Muskuwaari. Les résultats obtenus grâce à l’analyse des informations recueillies montrent que les mutations agricoles, foncières et territoriales sont en relation avec les mobilités spatiales récentes observées à l’intérieur de la plaine du Diamaré. Les mutations agricoles sont considérables à l’échelle de l’exploitation, d’un terroir d’immigration à un autre.  Quant aux mutations foncières, elles sont visibles à travers la transformation des modes d’accès à la terre et les stratégies mises en place par les acteurs immigrants et autochtones. Par ailleurs, l’échelle régionale permet de voir une construction agricole par les migrants au-delà des limites centenaires des lamidats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *